Jazz

[Live report] Jazz à Saint-Germain-des-Près : China Moses à la Sorbonne

[Live report] Jazz à Saint-Germain-des-Près : China Moses à la Sorbonne

03 juin 2016 | PAR Delphine Habert

Dans ce haut lieu culturel et universitaire de Paris qu’est l’amphithéâtre Richelieu de de l’université Paris-Sorbonne, China Moses, chanteuse au swing puissant et à la présence scénique forte, a enchanté le public parisien venu très nombreux l’entourer en ce lundi soir pluvieux.

Il est de ces artistes qui rayonnent par leur sourire, leur présence, leur habilité à communiquer, à jouer et échanger avec son public, à lui donner tout son amour et transmettre sa joie. Au-delà de sa performance purement musicale, China Moses fascine par son rayonnement, son côté joueuse et taquine, et une énergie hors du commun. La chanteuse est passionnée par les divas du swing, revisite des standards de jazz avec une justesse et des placements rythmiques impeccables. Elle porte un groove puissant accompagné par un panel de jeunes musiciens, précis et inventifs, tant dans leur accompagnement que dans leurs solos.

Les morceaux se suivent tels des tableaux de comédie musicale. Tantôt on imagine l’artiste dans un bar, trop alcoolisée pour avoir une démarche normale, poussant des petits « hics », entourée de ses doubles musiciens dont le jeu et les solos tonitruants ou dissonants rappellent les effets enivrants et incontrôlables de l’alcool, tantôt on imagine des scénettes de la vie quotidienne comme sur son morceau « Disconnected » .

L’artiste présentait lundi soir son nouvel album qui sortira en octobre 2016. À l’origine du projet, l’album devait regrouper des interprétations de standards de jazz. Il n’en contiendra finalement aucune, le souffle de la création ayant touché l’artiste de plein fouet. Quatre titres interprétés lors du concert sont déjà disponibles sous forme d’EP : « Watch Out », « Hung Over », « Whatever » et « Disconnected ». China Moses aborde des thèmes variés dans ses textes comme l’addiction à la nicotine, aux objets connectés, ou encore la vie parfois difficile des musiciens dont « les soirs se terminent tard et les matins commencent tôt ».

China Moses nous offrait là un beau spectacle, un moment magique qui a redonné du baume au coeur en ce lundi soir pluvieux. Une remarquable prestation musicale et scénique à applaudir, dans la lignée des autres concerts de ce festival Jazz à Saint-Germain-des-Près toujours de qualité.

Formation :

China Moses (chant)
Luigi Grasso (direction musicale, saxophone alto / baryton)
Mike Gorman (piano)
Marcus Mcneish (basse)
Emmanuel Antwi (batterie)

Visuel : © Sylvain Norget

[Sortie dvd] « The Eichmann Show » de Paul Andrew Williams montre les caméras du procès
La Seine fait fermer Le Louvre et Orsay
Delphine Habert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *