Jazz

Les fusions rigoureuses de Sarah Murcia à la Philharmonie

Les fusions rigoureuses de Sarah Murcia à la Philharmonie

17 juin 2019 | PAR Antoine Couder

On a loupé Anne Pacéo mais pas Sarah Murcia, l’une des quatre femmes qui ce week-end ont dirigé l’un des huit groupes présentés à la Philharmonie pour ce «  jazz en VF». 

Du Français, il y en aura même dans le texte avec cette reprise de «Volonté avec un nuage  de lait» du regretté Denis Scheubel et de sa formation de l’époque (Big mini), reprise que Sarah Murcia pousse d’un cran vers la musique improvisée, disposant pour ce faire de son tout nouveau quartet. François Thuillier très étonnant au tuba, Olivier Py presque hard bop lorsqu’il se lance en solo et Benoît Delbecq entre piano et électronique, un peu l’homme à tout faire de ce tour du chant qui travaille la polyphonie et la discontinuité dans l’esprit typique de la contrebassiste.

De quel esprit s’agit-il? D’un esprit rigoureux sans aucun doute (on l’a entendu avec Steve Coleman) mais également de quelque chose de volage qui butine à plusieurs sources, chez John Lurie Carla Bley, dans cette ambiance fiévreuse où se mêlent le jazz et la préférence underground, l’obscurité des âmes et la chaleur des établissements ouvert la nuit. Sur des textes intrigants, composés pour l’essentiel par Vic Moan qui tire l’inspiration du côté des esthétiques rock et urbaines.

Une heure de spectacle et une petite dizaine de morceaux qui laissent à chaque instrumentiste le loisir de s’exprimer dans ce format Eyeballing, vif et saccadé qui gravite donc sur ses territoires que Murcia explore depuis toujours, «jazz mutant, rock post-moderne, chanson différente». À la contrebasse au clavier ou au chant, elle remet en forme ce qu’elle braconne ailleurs, notamment avec Rodolphe Burger dont on retrouve ici les partis-pris électroniques : Meteor show et, surtout, Psychopharmaka. Mais, en fait qui influence qui? Bien malin qui saura répondre à cette question.

(concert enregistré, prochainement diffusé sur Arte) 

Visuel : Sarah Murcia @DR

 

 

Au Mois Molière, la savoureuse adaptation par Thomas Le Douarec de L’idiot de Dostoïevski.
Au Mois Molière et avant Avignon OFF, Le Double de Dostoievski par Ronan Rivière est un fight club slave.
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *