Electro

Un fantastique dimanche au Brunch Electronik

Un fantastique dimanche au Brunch Electronik

06 juin 2017 | PAR Victoire Chabert

Le Brunch Electronik était de passage à Paris pour nous faire vivre une expérience festive et rafraîchissante !

Le Brunch Electronik c’est l’alternative parfaite pour des dimanches différents, sous le signe de la convivialité, entre amis ou en famille. Pour la première fois à Paris, ce concept unique nous a fait vibrer au son des artistes les plus célèbres de la scène électronique.

Le rendez-vous était donné au Parc Floral, en plein cœur du Bois de Vincennes. Un lieu idéal proposant des espaces aménagés en extérieur pour profiter du soleil et de la verdure ainsi qu’un grand espace couvert dans le hall de la pinède, aménagé en jungle tropicale pour l’occasion.  18893144_262853027523352_3169598335977095205_nEn plus d’une programmation promettant le meilleur de la musique électronique, l’évènement proposait des activités pour les enfants, du fooding, un marché et des zones de chill.

C’est sur une scène en bois cernée par une végétation abondante que la Horde Family puis Molly, résidente légendaire du Rex Club ont chauffé l’ambiance et fait vibrer les bruncheurs. Bambounou est apparu sur les coups de 18h pour nous faire danser sur sa musique expérimentale à l’énergie débordante.

Ses productions tribales et métalliques, aussi piquantes qu’audacieuses ont laissé place à Jimmy Edgar. DJ originaire de Détroit, il a électrisé l’espace indoor du Brunch Eletronik avec ses mélodies aux influences diverses, entre synthpop, house, techno, électro, IDM, R&B et accents G-funk.

Family friendly, le Brunch Electronik a tenu ses promesses et accueilli un public éclectique. Il y en avait pour tous les âges, les grands comme les petits ont pu se trémousser et profiter de super installations dans la joie et la bonne humeur. À partir de 19h, les poussettes ont disparu, les enfants maquillés en papillons, coccinelles ou autres créatures pailletées ont laissé la place aux fêtards dominicaux confirmés. Certains tapants inlassablement du pieds d’autres profitant d’un magnifique coucher de soleil dehors sur fond sonore de techno.

Pour cette closing party, le Brunch Electronik, nous a assuré un final tout en beauté avec un set de Paul Ritch. Son délire musical et sa créativité font de sa musique une marque déposée puissante, harmonique et émotive. Quoi de plus magique pour achever cette saison parisienne du Brunch Electronik?!

Crédits photos : Geo.H

 

La théorie du Y : Représentation de la bisexualité et réforme des clichés
Cannes face à Netflix et la question de l’avenir du cinéma
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *