Electro

Rencontre avec Apollo Noir au MaMA Festival 2018

Rencontre avec Apollo Noir au MaMA Festival 2018

22 octobre 2018 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Toute La Culture a rencontré Apollo Noir, l’un des artistes invités du MaMA Festival & Convention 2018. 

Qu’est-ce que ça vous fait de vous représenter au MaMA Festival ? 

Apollo Noir: Je suis très content parce que c’est l’un des festivals les plus connus à Paris. C’est un bonheur de venir y participer. Je suis content de pouvoir jouer à la Boule Noire avec des groupes qui j’apprécie beaucoup.

En quoi les attentats du 13 novembre 2015 vous ont permis de créer l’album A/N ? 

Mon épouse était sortie ce soir là pas très loin du Bataclan. Cela faisait depuis un an qu’elle n’était pas sortie car elle était devenue jeune maman. J’étais chez moi, je regardais un film et mon téléphone n’arrêtait pas de sonner. A partir de là je me rends compte qu’il y a vraiment un souci dans Paris et donc je décide de joindre ma femme. Avec ces attentats, il y a eu un phénomène d’incompréhension, de haine et d’amour. Au lendemain des attentats, j’ai écris le titre « P.4.R.1.5 » et en deux semaines j’ai rédigé tout mon album.

Quel est votre style de musique ? 

Je dirais que c’est de la musique électronique expérimentale ambiante. Cette musique est jouée exclusivement qu’avec des synthétiseurs. On utilise aussi des composants électroniques.

Quelles sont vos influences musicales ? 

Elles sont assez variées du fait du bagage que mes parents m’ont laissé avec des groupes classiques de musique électronique du style Jean-Michel Jarre. J’aime le Post-rock et le Post-funk. J’aime aussi les musiques modernes électroniques.

Y’a-t-il des artistes qui vous ont bercé quand vous étiez plus jeunes ? 

Oui comme Nirvana (rires). Je les ai beaucoup écouté dans ma jeunesse.

Est-ce qu’il a des musiciens avec qui vous aimeriez travailler ? 

Je ne donnerais pas de nom comme ça mais je dirais qu’il y a des collaborations intéressantes avec des artistes qui viennent vraiment d’un autre registre. Par exemple il y a L’Ordre du Périph qui font du rap. Je les ai vu sur scène et ce qu’ils font c’est génial. J’aimerais bien faire un son avec ce groupe.

Comment avez-vous vécu la récompense au Printemps de Bourges ? 

Cela m’a fait très bizarre (rires). Vraiment je ne m’y attendais pas du tout ! Je ne pensais même pas pouvoir aller à Bourges et encore moins être sélectionné. Lorsque je suis venu jouer à Bourges, j’avais oublié qu’il y avait le prix. J’étais en train de jouer mon concert, faire des interviews…Et à 20 heures, mon tourneur m’appelle et m’annonce que j’ai gagné le prix du Jury. A ce moment là je fond en larmes car c’est une énorme reconnaissance ! Ca m’a beaucoup touché.

Quels sont vos projets pour la suite ? 

Je prévois de faire pas mal de concerts. Il y aura également un nouvel album qui va suivre.

Visuel: Facebook @ApolloNoir

Roman Frayssinet est dans un bateau, qu’est-ce qu’il fait : un bon flow !
« Jean-Christophe et Winnie », retrouvons notre âme d’enfant
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *