Electro
L’Interview stroboscopique : Burning House

L’Interview stroboscopique : Burning House

09 octobre 2013 | PAR Bastien Stisi

Crépitements lumineux, rugissements scintillants, et coup de strobo sur Burning House, le projet hyper alternatif de Hervé Satlers (General Elektriks) et de Chief Xcel (Blackalicious), qui nous parlent de leur premier album ovniesque Walking Into A Burning House

Lequel d’entre vous a eu l’idée en premier d’associer vos deux talents respectifs ?

Chief Xcel : C’est arrivé naturellement, et le projet a grandi en fonction des différentes expériences musicales que nous avons partagé. Nous nous sommes rencontrés alors qu’Hervé venait d’arriver dans la baie de San Francisco, et nous avons vite réalisé que nous avions une conception identique de la musique : aucune limite, tout est permis. Hervé jouait du clavier sur quelques-unes de mes productions jusqu’à ce qu’il rejoigne Blackalicious sur les concerts. C’est parti de là.

« Burning House », c’est une manière d’affirmer votre volonté de mettre le feu à vos environnements sonores d’origine ?

Hervé Satlers : Tu peux clairement l’interpréter comme ça ! Cela dit, nous n’avons pas la prétention de prendre la musique du passé et d’y mettre le feu avec une sorte de révolution musicale, on veut juste faire la musique qui vient le plus naturellement lorsque l’on s’enferme dans le studio. Le son qui émane de nos productions est très coloré et donne l’impression que le décor est en train de brûler : « Burning House », ça collait bien !

Des sonorités électro, rock, jazz, hip hop, funk, synthpop…en Fnac, on pourra trouver votre album dans quel rayon ?

Hervé Satlers : On ne pense pas aux critères marketing ou stylistique lorsque l’on compose notre musique, mais je verrais bien l’album finir dans le bac « alternatif » ou « électronique » de la FNAC. Le mieux serait de leur demander !

C’est un véritable tour du Monde musical votre truc… Vous avez pris combien de Miles pour le mettre sur pied cet album ?

Hervé Satlers : Aha ! Apparemment pas assez, puisque X-Cel a même perdu du classement sur Air France ! Plus sérieusement, l’album a commencé à San Francisco, a été peaufiné à Paris, et terminé à Berlin.

Chief Xcel : Nos voyages se ressentent dans la sonorité de Walking into a Burning House : des racines dans la funk américaine, avec une rotation artistique qui respire l’air de Paris et de Berlin.

Voix robotisés et chorus de gamins, vous alternez les deux sur vos morceaux. Globalement, vous préférez les machines ou les enfants ?

Hervé Satlers : Les enfants sont les êtres les plus merveilleux qui soient sur Terre ! Ils ont un sens d’émerveillement dans les yeux, alors que les machines sont justes des objets froids qu’on emmène à l a vie en appuyant sur un bouton : turn off the robots !

Outre la véritable personnalité sonore, on sent que l’identité visuelle qui entoure Burning House est également extrêmement recherchée…

Hervé Satlers : Effectivement, nous avons autant fait attention aux visuels de l’album qu’aux chansons elles-mêmes. On a essayé de s’entourer de gens talentueux pour créer ces visuels, même si de la même manière que pour la musique, le tout s’est fait assez naturellement. Par exemple, l’image principale de la pochette de l’album et de l’EP viennent de peintures qu’a réalisé Mahi Grand, l’un de nos amis, que nous avons tout de suite souhaité associer à notre musique et même à nos vidéos, dans lesquelles on retrouve toujours le personnage du robot.

Je suis en recherche de sons pour remplir mon iPod…quelque chose à me conseiller ?

Hervé Satlers : « Safe as Milk » de Captain Beefhearts.

Chief Xcel : La dernière mixtape de Kendrick Lamar, tu devrais être tranquille avec ça !

Visuel : © pochette de Walking Into A Burning House de Burning House

La Cantate de Bisesero à la Maison des Métallos
La sélection cinéma du 9 octobre
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *