Musique
Playlist de la semaine (135)

Playlist de la semaine (135)

16 octobre 2015 | PAR Bastien Stisi

L’arrivée prochaine du nouveau General Elektriks, le premier album de Fakear, le nouvel EP lunaire de L’Impératrice…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. General Elektriks, « Whisper To Me »

A l’image du titre de son nouvel album To Be A Stranger, le quatrième d’une discographie à laquelle on doit aussi associer sa dernière collaboration avec Blackalicious (Burning House), Hervé Satlers et son General Elektriks font paraître le clip de « Whisper To Me », qui confronte un personnage central au miroir de son propre moi, camouflé durant la plus grande partie du clip derrière des êtres aux étrangers masques tribaux. L’électro pop synthétique et robotique du sympathique General, elle, trouvera son aboutissement terminal le 29 janvier en studio, et le 31 mars en live au Trianon.

2. Fakear, « Animal »

Après 4 EP écoulés sur les 3 dernières années (Morning In Japan, Dark Lands, Asakusa et Sauvage), et dont le contenu lui a quand même permis de remplir dernièrement un Olympia (pas une mince performance…), le Caennais Fakear s’apprête à faire paraître son premier LP en mars prochain. Porte-étendard d’une émergeante scène electronica, beatmakeuse et house à l’intérieur de laquelle l’on placera évidemment aussi ses plus illustres contemporains (Superpoze et Thylacine en tête), le jeune DJ et producteur introduit cet album par le single « Animal », toujours imprégnée par cette sensibilité qui fait battre les cœurs et vrombir les basses.


3. L’Impératrice, « La Lune »

Qu’il porte bien son nom, ce troisième EP de L’Impératrice judicieusement nommé Odyssée. Car en plus de proposer un voyage épique dans les années et les descendances morodoriennes et carpenteriennes, dont les notes synthétiques semblent toujours vouloir imiter les instants les plus sensuellement analogiques, le disque et son morceau phare « La Lune » proposent un voyage, bien sûr, bien au-delà des logiques terrestres, sur ce satellite tout froid dont on explore ici les phases inconnues. Entre le Moon Safari d’Air et le Mars Balnéaire de Flavien Berger, L’Impératrice trouve sur ce troisième disque et en s’associant avec le timbre de Flore Benguigui, le havre cosmique idéal des semaines à venir. Et peut-être même davantage.

4. SAYCET , « Cherries & Memories »

Moins d’un temps après la sortie de Mirages, ce troisième LP plus pop que les précédents dont on avait célébré toute la beauté et la grandeur, le Français Pierre Lefeuvre (S A Y C E T) revient déjà avec un nouvel EP de 4 titres, accompagné pour l’occasion par Juliette Armanet, qui vient poser sa voix sur une version acoustique et toute douce de son tube éponyme « Mirage ». On notera aussi ici la présence de « Cherries & Memories », qui quitte l’écrin cotonneux suggéré juste avant pour se glisser, le corps en avant, sur ses dancefloors où ne traînent que les spectres, qui ne sont pas encore parvenus à renoncer à hier. Le 20 octobre au Café de la Danse.

5. Les Fils du Calvaire ; Miss Kittin « Rester Avec Toi »

En 2013, lorsqu’ils avaient dû livrer le clip de leur morceau « Femmes d’affaires », Les Fils du Calvaire avaient décidé de plonger l’internaute au milieu d’un troupeau de clébards vagabonds. Avec le clip de « Rester Avec Toi », réalisé par le collectif Anonymous, c’est plutôt au milieu des tétons et des membres virils des garçons (selon son orientation sexuelle) que l’on se retrouve, projeté grâce à la magie de l’interactivité dans une scène érotique dans laquelle il est possible d’intervenir directement. Suffit pour cela d’orienter le curseur dans la direction adéquate. On a vu pire comme calvaire. La preuve ici.

6. Ben Mazué, « La Résiliation »

« La Résiliation », écrit par Ben Mazué pour le « nouvel » album de Grand Corps Malade (Il nous restera ça, sortie le 23 octobre chez Believe Recordings), met en scène l’artiste niçois lui-même au sein d’un clip tourné en plan séquence et qui voit défiler une farandole d’amants aux partenaires changeants. Une métaphore astucieuse de ces relations amoureuses qui se succèdent et s’enchaînent, parce que c’est l’ordre des choses, et une métaphore aussi, de ces artistes qui se succèdent au côté de Grand Corps Malade, sur cet album conceptuel qui a vu Fabien Marsaud (le vrai nom de GCM) proposer à une dizaine d’artistes (dont Aznavour, Renaud, Luciole, Jeanne Cherhal…) cette phrase logiquement devenue le titre de l’album et d’écrire un morceau articulé autour. Le slameur, de son côté, sera en live station Jaurès (sic) ce mercredi 21 octobre (17 heures) afin d’y proposer quelques extraits de cet album concept.


7. Kid North, « Rip Tide »

Ceux-là ne s’inventent pas des ambitions et des historiques pseudo-romanesques, et n’intellectualisent pas outre-mesure une musique qui, et soyons bien d’accord, est plus destinée à bouger les gambettes qu’à provoquer les mouvements de l’intellect. Les Kid North, signés sur le label Tsunami Addiction, disent ainsi aimer « danser, chanter et pleurer ». Soit en fait les 3 fondamentaux frontaux et sans équivoque d’une pop électronique et grandiloquente portée par un single « Rip Tide », dont on découvre ici le clip), et bientôt par un album (New Waters, sortie en janvier) qui devrait appliquer la règle de trois avec la plus pertinente des manières.


Visuel : (c) pochette d’Animal de Fakear

[Live report] Ibeyi au Trianon
Dust, Histoires de poussière au BAL
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *