Electro

Festivals et soirées : l’agenda électro du mois d’août

Festivals et soirées : l’agenda électro du mois d’août

01 août 2019 | PAR Rodolphe Pete

Voici une sélection subjective, forcément incomplète mais fondée sur des coups de cœur, de festivals et de soirées à Paris et en régions pour une fin d’été forcément électro !

Rodolphe Peté

Festivals

Du mardi 30 juillet au dimanche 4 août, Little festival, Hossegor, Seignosse et Capbreton

Avec notamment Amélie Lens, Breakbot, François X, Folamour, Onyvaa. Dans un paysage splendide, mais assez encombré l’été, les vacanciers et habitants du pays basque ne sauraient manquer ce line-up entre house et techno. Après une baignade ou une échappée en surf, les vagues du gros son berceront la nuit atlantique avec de grosses secousses attendues et espérées !
Pratique : www.little-festival.fr

Vendredi 2 et samedi 3 août, les Électros d’Uzès

Dans la petite cité du Gard, non loin du célèbre pont, voilà que la 19e édition d’un festival aussi discret que précieux mettra à l’honneur la techno et la parité avec un line-up où l’on viendra danser sur les sons d’Anetha, Antigone, AZF, Dax J et Rebekah notamment. Des noms moins connus attendent aussi les amateurs. Quand on sait que l’événement a en son temps accueilli les espoirs Amélie Lens et Nina Kraviz, être programmé ici peut s’avérer très prometteur !
Pratique : promenade des Marronniers, à partir de 21 h.11 euros par soir.

Vendredi 2 et samedi 3 août, Occitronic, Villemur-sur-Tarn (31)

L’affiche est digne des plus grands rassemblements internationaux. Le château de la Garrigue va ainsi recevoir un line-up impressionnant avec comme têtes d’affiche l’Allemand Ben Klock, l’Anglais Luke Slater, les Américains DJ Rush et DJ Bone, ainsi qu’une douzaine de talents locaux ou régionaux pour un week-end techno de haute volée. Ne pas manquer non plus l’excellent Français Zadig.
Pratique : www.occitronic.fr

Du vendredi 2 au dimanche 4 août, Duo festival, le Glazart, Paris

Deuxième édition, plage de 21 h à 7 h, intérieur de minuit à 6 h. Avec notamment Boston 168, Lacchesi, Jarod, Under Black Helmet, Stranger, Charles Green, Illnurse, Nur Jaber. L’été à Paris, depuis bien longtemps, les abords du périphérique au nord de la capitale se transforment en plage de sable où danser pieds nus sur les sons doux ou durs (plutôt la deuxième option sur cet événement) devient un luxe abordable qui permet de prolonger ou de remplacer les vacances.
Pratique : www.laplage2019.com

Du vendredi 9 au dimanche 11 août, les Plages électroniques, Cannes

Avec notamment Maceo Plex, Adriatique, Maya Jane Coles, Meute, Oxia, Élisa do Brasil, Miley Serious, Mr Oizo, Onyvaa, Ame, Dan Ghenacia et Dyed Soundorom. L’événement de la Croisette a bien changé depuis ses débuts (il était gratuit, la scène était démontée entre les dates, la programmation est devenue globalement moins underground), mais danser sur la plage en fin d’après-midi et ainsi profiter du coucher de soleil, c’est un privilège assez remarquable.
Pratique : www.plages-electroniques.com

Du mercredi 14 au samedi 17 août, la Route du rock, Saint-Malo

Avec notamment Metronomy, Jon Hopkins live, Hot Chip, Paula Temple, Lena Willikens, Silent Servant, Oktober Lieber. L’appellation du festival malouin cache une excellente programmation électro (normal, quand on croise son patron l’été à Astropolis…) qui, ajouté au cadre majestueux de cette ville, fait de l’événement un passage obligé ou presque pour tout fan habitant le grand Ouest. L’occasion aussi de profiter des plages et spécialités locales qui valent elles aussi le détour.
Pratique : www.laroutedurock.com

Du vendredi 23 au dimanche 25 août, Rock en Seine, Paris

Date unique en France d’Aphex Twin au domaine national de Saint-Cloud. Avec aussi notamment Major Lazer, The Cure, Foals, Kompromat, Agar Agar et Bagarre. C’est finalement le festival parisien qui a la chance d’accueillir le génie anglais, si rare dans l’Hexagone, pour une prestation très attendue. Normal, vu le prix demandé par un producteur qui a toujours su mêler, en live comme en dj set, les sons les plus ambient aux plus noisy, de la drum à la techno en passant par l’acid. Aphex Twin demeure non seulement une valeur sûre mais un repère précieux dans le monde électro.
Pratique : www.rockenseine.com

Vendredi 23 et samedi 24 août, Touquet music beach festival, Le Touquet

Avec notamment Étienne de Crécy (dj set), la Mamie’s, Mome et la Fine équipe. Connu pour son Enduro à moto et la résidence secondaire du couple présidentielle, la station balnéaire nordiste et ses célèbres dunes font aussi la part belle à la musique l’été avec un événement mêlant les générations pour l’amour commun de la house music. De quoi danser sur le sable, en espérant que la météo de pré-rentrée ne soit pas trop capricieuse.
Pratique : www.touquetmusicbeach.com

Vendredi 23 et samedi 24 août, TLN festival, Toulon

Après la moitié de Scratch Massive l’an dernier, Maud Geffray, les organisateurs poursuivent dans la veine des pionniers de l’électro à la française en invitant Ivan Smagghe. L’éternel jeune homme à l’allure de dandy, qui a commencé comme vendeur de disques à Bastille (avant de devenir journaliste et membre de Black Strobe avec Arnaud Rebotini), dj aussi pointu qu’éclectique comme son mentor Andrew Weatherall, il fera vibrer les jardins de la porte d’Italie avec quelques pépites dont il a le secret. Avec aussi Fantastic Twins, Ada, SHADE et Chalmist.
Pratique : www.tln-hybrid.com

Vendredi 23 et samedi 24 août, Ballaboum, Patrimonio, Corse

L’île de Beauté en plein été, c’est un peu le tourisme à l’heure de pointe mais les paysages sont tellement beaux, notamment dans ce secteur non loin de Bastia, qu’il serait dommage de ne pas en profiter. Connu pour son vin, Patrimonio affiche aussi des bons crus musicaux avec en tête d’affiche de cet événement DJ Gregory, son sous alias Point G. Une référence sérieuse et constante de la house qui porte haut les couleurs de la France dans le monde entier. Avec aussi Acid Child, Curses et Harvey Sutherland.
Pratique : www.ballaboum.com

Du jeudi 29 août au dimanche 1er septembre, Woodstower, Lyon

Avec notamment Étienne de Crécy (live), Recondite (live), Rodhad, Dave Clarke, Yuksek, Irène Dresel, N’To (live). Une affiche impressionnante entre une grande figure de la house française, un solide pratiquant de la techno made in Germany, une légende des platines, un producteur rémois devenu référence internationale et des révélations qui n’en finissent plus de monter. Comme quoi, il se passe toujours quelque chose sur les bords du Rhône et de la Saône.
Pratique : www.woodstower.com

Soirées

Vendredi 2 août, Paradox, Baby club, Marseille

Sudiste qui a intégré la famille Skryptom, label de référence basé à Paris, Moteka ne brille pas seulement en live (en solo ou avec Mod3rn) et en production, comme le prouve la sortie de son premier album. Le touche à tout talentueux fait aussi partager ses coups de cœur dans sa ville, en invitant cette fois Mary Velo. Originaire du Canada, basée à Berlin, la jeune femme maîtrise parfaitement les recettes pour emporter le dancefloor, à l’image de son titre « Mastermind », remixé par Rebekah de bien belle manière.
Pratique : à partir de minuit, 2 rue André Poggioli, Marseille VI. Entrée : 7 ou 10 euros.

Vendredi 2 août, Etienne de Crécy dj set, le Mas des Escaravatiers, Puget-sur-Argens (83)

Avec première partie. Restauration sur place. Chaque été, la commune varoise ouvre son écrin naturel à une sélection de concerts éclectiques, où l’électro trouve toujours une place de choix. La preuve encore cette année, avec le vétéran Étienne de Crécy, pionnier de la French Touch avec le regretté Philippe Zdar (Motorbass), auteur du célèbre album « Superdiscount », redécouvert par une nouvelle génération tombée sous le charme d’un producteur toujours inspiré et inspirant.
Pratique : à partir de 19 h 30, 514 chemin de Saint-Tropez.27,90 euros (11,80 pour les 4-12 ans).

Samedi 3 août, Nick V et Marina Trench, le Badaboum, Paris

D’un côté, un vétéran de la scène house française, de l’autre une jeune espoir qui n’en finit plus de monter, portée notamment par ses mixes qui ont séduit par exemple Concrete ou villa Schweppes à Nuits sonores et le label Deeply Rooted de Dj Deep qui l’a signé pour l’excellent maxi « Signature », avec un remix instrumental sublime de Kerri Chandler. De bon augure pour la suite de sa carrière ! On ne peut guère espérer mieux avec un tel parrain…
Pratique : à partir de 23 h 30, 2 bis rue des Taillandiers, Paris XI. 11 ou 16 euros.

Samedi 3 août, Super Rayonnante open air, Villeurbanne

Quand est sorti la bombe house gospel « Work it out » par Karizma et Marcel Vogel, il était impossible de passer à côté, tellement le morceau emballait le cœur et les jambes. De quoi mettre en lumière le dj allemand basé à Amsterdam, à la tête des labels Lumberjacks in Hell et Intimate Friends. Mais ce hit n’est pas le seul fait d’arme d’un producteur original et loin de tout formatage. Son « Fuck the bass up » s’écoute ainsi en boucle sans aucun souci… Avec aussi Manoo, César et Jason.
Pratique : 24, rue Alfred de Musset.De 14 à 21 h.

Vendredi 9 août, Icone, Carl Craig, I Boat, Bordeaux

Icone, le nom de la soirée s’avère particulièrement bien choisi avec la venue de l’Américain, figure emblématique de la deuxième génération techno de Detroit, multipliant les alias pour dérouler une carrière de producteur impressionnante. Auteur de titres sublimes comme « Wonderful life » ou
«  Desire », Carl Craig sait aussi raconter une histoire aux platines. Ce n’est pas le meilleur dj au monde, mais il maîtrise les recettes pour un voyage sonore réussi. Avec aussi Leroy Washington et Paolo Cortes.
Pratique : à partir de minuit, quai Armand Lalande. 13,50 ou 15,50 euros.

Vendredi 9 août, Dehors Brut, Kink, Paris

L’équipe de la péniche parisienne n’a pas tardé à rebondir dans un endroit provisoire pour continuer une production exigeante et pointue, en attendant de se poser de façon pérenne. Premier point positif, un sound system en hauteur qui diffuse comme une agréable douche sur le public. Second intérêt : un line-up toujours intéressant. La preuve avec le passage du Bulgare Kink, phénomène live explosif. Avec aussi Betty, Toma Kami et Another Pixel.
Pratique : à partir de 20 h, 20-22 boulevard Poniatowski, Paris XII. 15 euros.

Vendredi 9 août, Summer of Warehouse, Nantes

La nuit sera douce sur les bords de Loire avec le passage de Romain Reynaud, alias Traumer. En quelques années, l’ancien étudiant sudiste désormais installé à Paris a connu un début de carrière fulgurant, jouant dans le monde entier, produisant en solo, en duo (avec Dj Deep) et en trio (avec Mod3rn avant d’être remplacé par Kmyle), aussi à l’aise en house qu’en techno, en dj set comme en live. Un prodige assez hors du commun… Avec aussi Corentin Mab et Wally Stryk.
Pratique : à partir de minuit, gratuit avant 0 h 30, 21 quai des Antilles.

Vendredi 16 août, Summer of Warehouse, Nantes

Kobosil. Derrière ce nom énigmatique se cache un jeune résident du mythique Berghain de Berlin, auteur déjà d’un album sur Ostgut Ton, qui a signé aussi sur le label de Marcel Dettmann. A l’écoute de son morceau « Born in 1968 », on comprend mieux pourquoi l’Allemand s’est rapidement fait une place dans les plus grands événements européens. Redoutablement efficace. Avec aussi Unklevon et H.Mess.
Pratique : à partir de minuit, gratuit avant 0 h 30, 21 quai des Antilles.

Samedi 17 août, Bikini summer club, Toulouse

Le producteur et dj de Montpellier Citizen Kain a cette capacité à sortir des morceaux aptes à séduire aussi bien le grand public que des fans très avertis. Tournant dans le monde entier, le Français n’a pas forcément la notoriété qui sied à son talent. Écouter par exemple son titre « Lipstick sucker », c’est se laisser emporter dans un voyage sonore rempli d’émotions et de frissons. Avec aussi Kissy vs Juria, Marcel DK vs Milio Ruando et Roumee.
Pratique : à partir de 23 h, 10 ou 12 euros, rue Hermès, Ramonville-Saint-Agne.

Samedi 17 août, Thunder 3, le Glazart, Paris

Acid techno et industrial avec Thomas P. Heckmann, Sterling Moss, Chris Liberator, Jaquarius et Pawlowski. Une beach party en mode énervé au bord du périphérique ! Avec deux grands noms internationaux qui prendront les platines d’assaut pour une nuit survitaminée, où les temps morts n’auront aucune place ! Mieux vaut arriver en grande forme et protéger ses oreilles pour survivre à ce tremblement de terre…
Pratique : www.laplage2019.com

Jeudi 22 août, Legends, Kerri Chandler, Rex club, Paris

Pour sa réouverture après les vacances, le temple des musiques électroniques frappe un grand coup avec le retour des fameuses soirées Legends des années 90, du temps où l’hôte DJ Deep jouait garage. Il invite pour cette rentrée des basses le maître de la house, l’inoxydable Kerri Chandler, incroyable producteur qui berce depuis plus de 25 ans les dancefloors du monde entier. Il y a pire comme reprise !
Pratique : à partir de minuit, 5 boulevard Poissonnière, Paris II. 20 ou 25 euros.

Vendredi 23 août, DJ Bone, Rex club, Paris

A peine rouvert, le célèbre sous-sol ne fait pas les choses à moitié en invitant un grand nom de la techno de Detroit. Avec 20 ans de carrière, Eric Dulan a eu la chance de démarrer sur le label de référence Metroplex et de n’avoir jamais cessé d’être inspiré en production. Parmi ses chefs d’œuvre, le sublime « Black Patterns », si représentatif de l’art de la techno made in Detroit. Dj hors pair, ses prestations très techniques sont un modèle du genre. A ne manquer sous aucun prétexte. Avec aussi Kas :st et Afrodeutsche.
Pratique : à partir de minuit, 5 boulevard Poissonnière, Paris II. 12 ou 15 euros.

Vendredi 23 août, opening saison 10, Magazine club, Lille

David Asko all night long. Quoi de mieux pour la rentrée qu’un résident accueillant son public pour une nuit entière. Connu pour ses sets hardcore comme techno, fruit de 20 ans de pratique, David Asko a pris récemment une nouvelle dimension par ses productions et arpente les clubs de l’Hexagone, notamment à Nantes et sur la Côte d’Azur, pour des prestations énergiques qui rappellent les premières heures de la rave.
Pratique : à partir de minuit, 84 rue de Trévise.

Vendredi 23 août, Shanti Celeste, le Badaboum, Paris

Les participants à Nuits sonores en mai ont notamment découvert un après-midi le set très éclectique et brillant de Shanti Celeste, Chilienne d’origine et installée en Angleterre, la jeune femme est déjà connue dans le circuit, ses prestations mêlant les styles, de la house à la techno, pour une efficacité impressionnante. Un talent que l’on retrouve dans ses productions, notamment sur son label Brstl. Avec aussi Piu Piu.
Pratique : à partir de 23 h 30, 2 bis rue des Taillandiers, Paris XI. 11 ou 16 euros.

Dimanche 25 août, S Society Summer, le Sucre, Lyon

Sascha Funke : le quadragénaire allemand, pilier des labels de référence B Pitch et Kompakt, a la réputation de creuser avec talent les différentes facettes de la minimale, sans les artifices ennuyeux que ce style a pu prendre au fil des années et des facilités. Il suffit d’écouter notamment son sublime morceau « Mango » pour s’en convaincre. Avec ce genre de pépites sonores, le voyage en première classe est garanti. Avec aussi Bawrut.
Pratique : 18 h-minuit, gratuit avant 19 h (10 euros après), 50 quai Rambaud, Lyon II.

Jeudi 29 août, Jeudi Banco Bassiani, NF 34, Paris

En quatuor avec ses amis Zadig, Birth of Frequency et Antigone ou en solo, Voiski produit depuis dix ans une techno d’une grande qualité, à l’image de ses titres «  Wax Fashion » et «  Ad Infinitum ». Production précise, capacité à produire immédiatement des émotions, rythmes entêtants, une référence qui fait le bonheur des festivals et clubs à travers le monde. Avec aussi Hector Oaks et Zitto.
Pratique : à partir de 23 h, 11 euros.34, quai d’Austerlitz, Paris XIII.

Vendredi 30 août, Kölsch, la Clairière, Paris

Le producteur danois Rune Reilly Kölsch a l’avantage de proposer des morceaux accessibles, mélodieux et fédérateurs comme « Grey » et « Goldfish » sur le label allemand Kompakt. Ce dernier, véritable hit à faire vibrer n’importe quel dancefloor. Dans le cadre féerique des bois parisiens, avec la douceur estivale espérée, cette techno pop sucrée sera parfaite. Avec aussi Tibo’z et Jonathan Kaspar.
Pratique : 1, carrefour de Longchamp, Paris XVI. A partir de 22 h 30. De 17 à 30 euros.

Giacometti : Une vision du nu féminin qui le représente bien
Messiaen au Pays de la Meije : continuité et diversité
Rodolphe Pete

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *