Musique
Décès de la chanteuse mexicaine Chavela Vargas

Décès de la chanteuse mexicaine Chavela Vargas

06 août 2012 | PAR Yaël Hirsch

La chanteuse mexicaine Chavela Vargas s’est éteinte hier, dimanche 5 août dans un hopital de la ville de Cuernavaca, à l’âge de 93 ans. Habillée en homme et avec une voix inoubliable, à la fois gutturale et plaintive, elle était la seule femme à pouvoir chanter dans le très catholique Mexique des années 1960 et 1970 des « rancheras », chansons lascives normalement réservées aux hommes.

Née Isabel Vargas Lizano au Costa-Rica, Chavela Vargas fait ses armes de chanteuse dans la rue, dans les années 1930. Elle s’habille en homme et porte très vite le fameux jorongo (habit traditionnel) rouge. Elle enregistre son premier album, « Nuit de Bohême », écrit par le grand compositeur de musique ranchera José Alfredo Jiménez, en 1961. En tout, sa discographie comprend plus de 80 opus. Certains de ses titres phares comme « La llorona » ou « La Paloma » ont été repris par de nombreux interprètes (Joan Baez, Julio Iglesias…). Elle a parcouru les scènes les plus prestigieuses du monde entier, de l’Olympia à Carnegie Hall

Femme-siècle, amie de Diego Rivera et Frida Khalo (elle aurait été la maîtresse de Khalo) ou encore du poète espagnol Federico Garcia Lorca, elle a attendu l’âge de 81 ans pour faire son coming out dans son autobiographie, « Si quieres saber de mi pasado » (Si vous désirez connaître mon passé). Elle y parle également d’une longue lutte de 15 ans contre l’alcoolisme qui l’a poussée à mettre un bémol à sa carrière dans les années 1970.

Véritable icône, Chavela Vargas apparaît dans de nombreux films, du biopic sur Frida Khalo à « Babel » de Inarritu (2006) en passant par « La fleur de mon secret » (1995) de Pedro Almodovar.

Ci-dessous, une vraie ranchera sexy, « Macorina », et une de ses plus belles reprises, une chanson qui date de la Guerre d’Espagne qui peut être une jolie leçon de vie, puisqu’elle fête les « Choses simples » de la vie.

Paul-Jacques Hulot à la tête du Moulin du Roc
Le Poivre : Portrait d’une égérie déchue par Olivier Bouillère
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *