Classique

ONPL : des airs d’opérettes pour la nouvelle année

ONPL : des airs d’opérettes pour la nouvelle année

29 décembre 2018 | PAR Sarah Reiffers

Pour la célèbre tradition du concert du Nouvel An, l’Orchestre National des Pays de la Loire s’est entouré de trois femmes invitées autour d’un thème : les airs d’opérettes. Ou comment célébrer la nouvelle année avec bonne humeur et énergie.

L’ONPL a déjà un pied en 2019, et semble bien prêt à y célébrer la musique dans la joie et la bonne humeur. C’est tout du moins le message qui est passé ce vendredi soir, lors du traditionnel concert du Nouvel An. Au programme : plus d’une dizaine d’airs d’opérettes signées Offenbach, Delibes, Massenet, Messager ou encore Rossini (du presque 100% français donc). Et pour l’occasion, l’orchestre a invité trois femmes pleines de peps et de talent : la chef Simone Menezes, la soprano Jeanne Crousaud et la mezzo-soprano Catherine Trottmann. Avec elles, on se moque des puissants et on chante l’amour en riant.

C’est avec l’ouverture de La gazza ladra de Rossini, suivie du « Galop infernal » d’Orphée aux enfers, qu’a débuté la soirée. Quoi de mieux que cette introduction aux envolées joyeuses et aux rythmes fous ? Le reste sera de même : une musique qui n’est que bonne humeur et énergie, avec une parenthèse enchantée lors du sublime Duo des fleurs de Lakmé. Pas de tragique pour les fêtes. Cela viendra après.

Sur scène, Jeanne Crousaud et Catherine Trottmann ne se contentent pas de chanter : elle interprètent, avec malice et un plaisir évident, leurs différents personnages. S’appuyant sur une maîtrise parfaite, elles utilisent leurs voix comme des instruments malléables et adaptables à leurs moindres caprices. Et c’est un plaisir que de les entendre et de les voir, seules ou en duo. 2019, nous voila.

Concert Airs d’opérettes, à Angers les 28 (20h) et 29 (16h et 20h) décembre, et à Nantes le 30 décembre (17h). Plus d’infos par ici

Visuel : ONPL

Fanny Ardant incarne « Hiroshima mon amour » au Théâtre de l’Atelier
« Douleur » de Zeruya Shalev : Retour du premier amour
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *