Chanson
Les Mots d’Amour : un magnifique télescopage

Les Mots d’Amour : un magnifique télescopage

17 juin 2022 | PAR La Rédaction

Samedi 11 juin 2022 au Théâtre du Châtelet, Angélique Kidjo, chanteuse béninoise au style et inspirations éclectiques (jazz, musique africaine, brésilienne ou cubaine…) et Alexandre Tharaud, pianiste français virtuose du répertoire classique, fusionnaient leurs univers pour rendre hommage à l’amour.

Par Nathalie Valluis

Né de deux chansons interprétées ensemble à la Basilique Saint-Denis en 2020 et de la « frustration », comme ils le disent eux-mêmes, d’en rester là, le spectacle nous emmène sur des chemins inattendus… et le voyage en vaut la peine.

La surprise commence dans la salle…

Les artistes sont mondialement connus et tous deux plusieurs fois récompensés, (Grammy Awards, Académie Charles Cros dans la catégorie « Musiques du monde » pour Angélique Kidjo, Académie Charles Cros et Victoire de la musique classique pour Alexandre Tharaud).

Mais leurs registres sont si différents que beaucoup de spectateurs viennent écouter l’un sans véritablement identifier qui est son complice d’un soir. Et cela crée un premier décalage, d’un siège à l’autre, d’un commentaire à l’autre. Le métissage culturel est déjà dans le public et les applaudissements à l’issue du spectacle prouveront sans conteste qu’il fonctionne.

…Et se poursuit dans le choix des chansons

Qui suit la carrière d’Alexandre Tharaud sait son affection pour Barbara, à laquelle il a consacré un disque. Pourtant, Angélique Kidjo l’annoncera malicieusement dès ses premiers mots : ce soir, il y aura du Gainsbourg, grâce auquel elle a découvert la musicalité de la langue française, du Nougaro, du Brassens…mais pas de chanson de Barbara.

Si la déception est palpable chez certains spectateurs, elle ne dure qu’un instant. Car le thème du concert, « les mots d’amour », prend rapidement tout son sens. La voix d’Angélique Kidjo fait en effet raisonner profondément chacun des textes qui s’enchainent comme s’ils étaient « dits » autant que chantés. Des années 30 à aujourd’hui, le programme ne doit manifestement rien au hasard et tout à la personnalité des interprètes : engagement, générosité, goût du jeu et sincérité.

S’il fallait n’en retenir que 3

Cette chanson, raconte Angélique Kidjo, elle l’a entendue à son arrivée en France et a eu le sentiment qu’elle racontait son histoire. « Lily », de Pierre Perret, fait monter l’émotion et nous renvoie, dans ce Théâtre du Châtelet au cœur de Paris, à nos ambiguïtés :

« On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalis Lily
Dans un bateau plein d´émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris
Elle croyait qu’on était égaux Lily
Au pays de Voltaire et d´Hugo Lily
Mais pour Debussy en revanche
Il faut deux noires pour une blanche (…) »

Un peu de légèreté puis, à peine deux chansons plus loin, la violence faite aux femmes avec « Les Bleus » de Serge Gainsbourg.

Enfin « Maman, Papa » de Pierre Lapointe :

« (…) Que j’aime un homme ou une femme
Ne change pas l’essence de mon âme
Oui mon monde n’est pas le vôtre
Mais c’est bien loin d’être une faute (…) »

Une merveilleuse audace

Les artistes ne sont pas tout à fait dans leurs rôles habituels, c’est volontaire et cela peut évidemment déplaire.

La soirée ne respecte ni les codes feutrés du classique ni ceux, plus débridés, de la variété. Elle bouscule, en les réinterprétant, de véritables mythes, qu’il s’agisse de « Les Histoires d’A » des Rita Mitsouko ou de « Madame rêve » de Bashung.

Mais la puissance et la richesse vocale d’Angélique Kidjo répondent parfaitement à la chaleur du piano d’Alexandre Tharaud, autorisant toutes les nuances et justifiant toutes les fantaisies.

Alors s’ils ne sont pas des anges, pour reprendre très librement les mots de « Johnny, tu n’es pas un ange » qui a clos les bis de ce 11 juin 2022 au Châtelet, ne croyez pas que ça nous dérange.

visuel(c) affiche

Cannes 2022, Un certain regard : The stranger, intense film formaliste sur des gens formels
La Puissante Soirée WomenBeats
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture