Chansons
Sylvie Vartan : pèlerinage sur les terres de ses premiers succès

Sylvie Vartan : pèlerinage sur les terres de ses premiers succès

30 janvier 2014 | PAR Céline Duverne

Cinquante ans après l’enregistrement d’A Nasheville, où figuraient notamment les titres phares « Si je danse » et « La plus belle pour aller danser », Sylvie Vartan renoue avec la ville de ses premiers succès dans une ballade empreinte de nostalgie, « Étrangère », extraite de son nouvel album Sylvie in Nashville.

Sylvie VartanEtrangere

Inspiré de la country du Tennessee, l’album est déjà dans les bacs depuis octobre dernier. Avec ce nouveau single, dont le clip a été dévoilé en début de semaine, l’artiste espère faire décoller des ventes qui, jusqu’à présent, n’ont pas excédé 15 000 exemplaires. A l’inverse, les deux dates de sa tournée prévue aux Folies Bergères, le 14 et 15 février, affichent déjà complet. Un concert est également programmé au Théâtre Casino d’Enghien-les-Bains le 8 février prochain.

Le regard dans le vague, des intonations teintées d’une douce langueur, une vieille bâtisse aux murs délabrés… c’est une artiste résolument mélancolique qui transparaît dans ce nouveau clip, où elle revient sur ses jeunes années : « Je me souviens, on était bien / Entre deux villes, entre deux pays / Je suis ma route, en équilibre ». Quelques vers qui recèlent tout un parcours de longue haleine. Après ses premiers pas à l’Olympia à l’orée des années 1960, Sylvie Vartan découvre Nashville, alors capitale du rock, aux côtés de Johnny Hallyday dans le cadre de leur tournée commune aux États-Unis. Elle y enregistre, dès 1963, plusieurs chansons en compagnie de l’orchestre et des chœurs d’Elvis Presley. Déjà bien amorcée, sa carrière décolle pour de bon : la jeune femme gracile au charme slave impose sa singularité, jusqu’à devenir une figure emblématique du rock féminin des années yéyé.

Star planétaire, Sylvie Vartan totalise, en cinquante ans de carrière, plus de 60 albums référencés dans une trentaine de pays. Détrônant Brigitte Bardot, elle a posé dans près de 2 000 unes de magazines et s’est produite sur les scènes du monde entier. Son autobiographie, parue en 2004, s’est écoulée à plus de 250 000 exemplaires. A l’occasion de ses 60 ans, le Palais Galliera de Paris lui a même consacré une exposition de près de six mois.

Au crépuscule de sa carrière, l’icône des french seventies regarde en arrière et nous livre une ballade émouvante et désenchantée : « Je ne suis rien qu’une étrangère / Sur cette terre où je reviens / Je n’ai plus rien, plus un seul repère / […] Tout est si proche et tellement loin / Le temps s’en va, passe les frontières / Ne reste rien, que du chagrin. » Du moins faut-il espérer que le contact du public, à l’occasion de sa prochaine tournée, lui redonne le sourire !

Visuels : © Clip officiel.

Les soirées du week-end du 30 janvier
Alexis Philonenko, Histoire de la boxe
Céline Duverne

One thought on “Sylvie Vartan : pèlerinage sur les terres de ses premiers succès”

Commentaire(s)

  • Jeremy

    Magnifique chanson et Magnifique Sylvie. A tout jamais la plus belle….Son album Sylvie in Nashville est un MUST!

    janvier 31, 2014 at 1 h 40 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *