Non classé
[Mostra] The Light Between Oceans, naufrage près du rivage

[Mostra] The Light Between Oceans, naufrage près du rivage

01 septembre 2016 | PAR Elie Petit

2h heures de torture, une intrigue prévisible si tant est qu’il y en ait une, des jeux d’acteurs forcés. Autant de raison de renoncer à voir The Light Between Oceans si l’envie y prenait.

[rating=1]

Nous sommes en 1918. Tom (Michael Fassbender) revient de la guerre et se voit confier le fonctionnement du phare de l’île de Janus, en Australie. Isabel (Alicia Vikander) l’y rejoint. Elle rencontre des difficultés répétées lors de ses grossesses. Jusqu’à ce que la mer ne lui envoie un présent, illégitime, qui s’avérera remis en cause. Le début d’une folle

Dès les premières minutes de The Light Between Oceans, on pressent déjà que l’on aura le droit à une série de dialogues inutiles, les uns plus longs que les autres. Et l’introduction ne ment pas. Durant deux heures, se succèdent des scènes d’une pesanteur record. Fassbinder en perd son talent. Le meilleur acteur est parfois même le bébé. C’est dire..

Cependant, on n’enlèvera pas la beauté des paysages, de la mer. Mais c’est la nature qui est comme ça. Les plans, sont longs, lourds, épuisants. On soupire. Les dialogues sont creux, le suspens inexistant, l’histoire prévisible à mille lieux.

Si l’envie venait d’aller faire un tour avec Fassbender, passez vivement le vôtre, pour cette fois-ci.

The Light Between Oceans de Derek CIANFRANCE avec Michael Fassbender, Alicia Vikander, Rachel Weisz, Emily Barclay – USA/Australie/Nouvelle Zélande – 133’

LORENZO MALAGUERRA & JEAN LAMBERT-WILD NOUS LIVRENT LE troisième CARNET DE BORD DE LEUR CREATION « ROBERTO ZUCCO » EN CORÉE
[Live Report] Mostra, jour 1, entre feu d’artifice et naufrage
Elie Petit
https://www.instagram.com/elie_petit/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *