Non classé

Haute couture, automne/hiver 2009/10 d’Elie Saab : un Lac des cygnes féérique !

08 juillet 2009 | PAR Claire-Marie

« Une collection magique », dessinée par un homme « humble comme le ruisseau qui coule, contrairement à beaucoup de gens du milieu » m’avait prévenue le chauffeur personnel d’Elie Saab quelques minutes avant le début du défilé. Et en effet, de la fashionista la plus blasée à la star de cinéma en goguette, tous ont applaudi dans une standing ovation inédite le génie poétique du couturier. Un moment inoubliable.

 

Une femme cygne, oiselle étrange, hybride à plume : est-ce cela qu’Elie Saab nous présente ? En réalité, ce n’est pas une femme-oiseau qu’il nous est donné de voir mais bien la Femme captée dans son essence même. Pas une seule minute, le public ne voit du déguisement ou de la parure factice dans les modèles proposés. Les tenues ont cette épure de l’évidence. La femme et l’oiseau se fondent dans un ensemble vaporeux. Une grâce immaculée.

Haute couture défilé Elie Saab, automne hiver 2009 / 2010Elie Saab haute coutureElie SaabElie saab

elie saab078

 

L’harmonie de la combinaison de la chair et de la plume fait presque oublier le versant de l’épure : un travail de couturier orfèvre. L’unité de couleur de la collection, intégralement blanche, impose un méticuleux travail de la matière et des formes. Broderies de fil de soie, perles, dentelles, paillettes, tulles rebrodés, fleurs d’organzas, mousselines gonflées, origamis de tissus, fourrures de lapin et de renard : autant de jeux sur la texture. Le couturier inventif décline les proportions, du drapé glamour d’inspiration Art Nouveau, à la micro-robe incisive aux accents rock.

elie saabElie saabelie saabelie saabelie saab092Elie saabelie saabelie saabElie saabelie saabElie Saab

Elie saabelie saabelie saab

elie saab

 

A voir ou à toucher, la haute couture d’Elie Saab ? Si l’œil permet d’apprécier « l’archi-couture » du créateur selon son propre néologisme, l’expérience est aussi tactile. Par l’imagination, le spectateur se projette parfaitement dans les tenues défilantes, effleurant presque la douceur des plumetis qui invite à la caresse. Quelques mains se sont alors avancées instinctivement dans les travées alors qu’un mannequin sous épais manteau à plume d’autruche s’avançait.   

elie saabelie saab

elie saab

elie saab 

« Une collection blanche vaporeuse pour l’automne / hiver 2009-10, Elie Saab se serait-il trompé de saison ? » railleront peut être les esprits les plus insensibles. La couture d’Elie Saab porte en elle la promesse d’un renouveau printanier. Qu’importe alors les saisons quand le vêtement devient porteur d’espoir ! Ainsi, c’est bien couverte de fleurs de neige que la mariée clôt la collection, émouvante sous ses voiles de tulles.

mariée elie saabMariée Elie Saab 

Et si Le Lac des cygnes avait été cousu, Elie Saab serait bien la réincarnation de Tchaïkovski…

 

 

final Elie saab

elie saab 

 

Claire-Marie Foulquier-Gazagnes   

Black Eyed Peas plagiaires !
All that Jazz… in Montreux
Claire-Marie

2 thoughts on “Haute couture, automne/hiver 2009/10 d’Elie Saab : un Lac des cygnes féérique !”

Commentaire(s)

  • Erwan

    très bel article

    juillet 8, 2009 at 20 h 10 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *