Non classé

Brigitte chante l’intime universel à l’Olympia

Brigitte chante l’intime universel à l’Olympia

23 mai 2018 | PAR Sarah Dray

Mardi 22 mai 2018, Brigitte s’est produit sur la scène de l’Olympia pour le premier d’une série de 5 concerts à guichet fermé. Ces concerts s’inscrivent dans la tournée qui fait suite à la sortie de leur album Nues, en novembre dernier. Dans le même temps, le groupe célèbre aussi ses 10 ans d’existence. Entourées d’un public fidèle et fervent, Brigitte a chanté hier soir, comme il se doit, les femmes, l’amitié et l’intime universel.

Il faut le souligner, déjà, l’album Nues de Brigitte est beaucoup plus intime que les précédents. Quand elles chantaient l’amour et les mecs hier, elles se penchent aujourd’hui sur des sujets plus personnels comme l’absence d’un père ou un mari volage.

Ces chansons, Aurélie Saada, moitié du groupe, les a composées au piano, et c’est aussi derrière le clavier, qu’elle s’est mise pour accompagner les deux voix du groupe sur ces deux morceaux très intimistes – « Mon intime étranger » et « Carnivore ». Et même si on n’a pas tous vécus ces expériences, on connait tous une personne à qui c’est arrivé, et elles les chantent d’une façon tellement juste et belle, que ça en devient totalement universel.

L’émotion et les larmes d’Aurélie, son cœur à nu, finiront de nous toucher au plus profond. Sylvie Hoarau, l’autre moitié de Brigitte, plus en retrait sur ces morceaux, soutient parfaitement son amie en chanson, par sa présence et par sa voix, qui enrobe et entoure la première. L’émotion flotte dans l’Olympia, salle mythique qui doit être habituée à ces moments magiques et singuliers.

L’amitié, sujet de prédilection du groupe, est aussi très présente sur scène. Outre leur parfaite complicité, ces deux-là chantent l’amitié comme personne, comme avec « Palladium », titre phare qui ouvre et ferme le bal. Cette chanson, le public, essentiellement féminin, s’y retrouve pleinement et pourrait avoir la sensation de faire partie d’une et seule bande d’amis dont Brigitte seraient les leaders.

Ce soir-là à L’Olympia, elles montrent en tout cas qu’elles aiment le public, qu’elles aiment Paris et elles le chantent avec la chanson au nom de la capitale. Là encore, on touche à l’universel, aux attentats et à la façon donc elles ont pu le vivre, d’ailleurs elles en parlent avant d’interpréter la chanson.

Malgré l’éloignement d’Aurélie de Paris pendant quelques mois à Los Angeles après Novembre 2015, on retrouve leur amitié et leur duo, intact, plus proche que jamais. D’ailleurs, les filles fêtent cette année les 10 ans de Brigitte.

Néanmoins, elles savent très bien se réinventer : en interprétant « Ma Benz » à capella notamment, ou en ayant un moment plus intime avec les musiciens au plus près d’elles sur scène, dans une ambiance « veillée chants entre potes ».

A d’autres moments au contraire, elles embrasent la salle et le public : « à bouche que veux-tu », bras en l’air et déhanchement, « Battez-vous » tout en rythme et en claquement de mains…

Tout ça, toujours avec une formation musicale réduite pour mettre en lumière et au centre leurs deux voix si parfaitement harmonieuses. Brigitte chante toujours aussi bien les femmes, les filles, les copines, les mamans, les enfants… elles sont « la plus forte de la plus forte de tes copines », mais aussi la plus fragile et la plus sexy.

Le public est charmé de A à Z, il a des étoiles dans les yeux ! Les fans de la première heure comme les nouveaux spectateurs, reviendront les applaudir à leur prochain passage à Paris, ça c’est certain.

En attendant, il y a encore quatre salves de chanceux qui vont pouvoir les applaudir à l’Olympia, jusqu’à samedi soir ce duo unique (c’est vrai, qui d’autre chante si bien et si harmonieusement à deux voix sur la scène française aujourd’hui ?)

Les parisiens qui n’ont pas de places pour cette fin de semaine devront patienter jusqu’au mois de décembre, où Brigitte se produira trois soirs sur la scène de la salle Pleyel. Elles sont également en tournée dans toute la France.

Crédit photos : Sophie Ebrard

 

« Christine, Chris… C’était pas mieux avant, c’était pas mieux après »
Programmation des projections des films du Festival de Cannes 2018 à Paris
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *