Livres
« Quitter Psagot » de Yonathan Berg, un indispensable roman sur les implantations/colonies.

« Quitter Psagot » de Yonathan Berg, un indispensable roman sur les implantations/colonies.

04 janvier 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

L’Antilope traduit et publie en ce début l’année le deuxième volet de la biographie de Yonathan Berg. Encore une fois, le talent littéraire de l’auteur sait décrire, loin des poncifs médiatiques une réalité pleine car ambivalente.

 

Dans « Donne Moi encore cinq minutes »,  Yonatan Berg racontait l’implantation dans laquelle il avait grandi ; ce premier roman était un acte d’accusation délicat et captivant du mode de vie des religieux et de leur modèle sectaire. Dans son deuxième roman traduit en France Quitter Psagot, l’auteur finit de cartographier sa psyché.  S’il quitte son foyer, c’est désormais non pour quitter la Torah, mais parce qu’il a découvert le village arabe en contrebas de l’implantation, entre le poste militaire et l’antique cité juive. Il nous émeut en politisant la raison de son départ et s’il feint le militantisme c’est parce qu’il sait que l’implantation Psagot se situe  en zone C et qu’à ce titre elle ne sera jamais démantelée, mais annexée. 

Nous aurions tort de voir ici une charge inutile d’un gauchiste contre les colonies. Le roman est précieux autrement, car il décrit une réalité ignorée, celle de l’importance des implantations dans la psyché des Israéliens. La peur du terrorisme est perceptible à chaque virage dans un pays qui n’a toujours connu que cette terreur et qui craint pour sa destruction. Dans une lutte pour sa légitimité, cette nation justifie son existence par ce débordement-là, sur un territoire « discuté ». Berg décrit comment les contournements et les no-mans-land posent une cartographie où puisque certaines zones sont disputées, d’autres en creux sont légitimées.

Dans un geste littéraire précis, Berg nous fait comprendre que le terrorisme en inoculant la peur de l’anéantissement a créé les implantations et a desservi en même temps le projet national palestinien. Le roman est brillant et optimiste, car il serait venu le temps de  déplier ces peurs. Pour voir le voisin et pour pactiser avec lui.

 

Présentation du récit from Gilles Rozier on Vimeo.

 

Quitter Psagot

Yonathan Berg

traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowitz.

22,00 euro

L’agenda culturel de la semaine du 4 janvier
L’agenda des savoirs : Les 8 conférences du mois de janvier 2020
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture