Polars
« Une Histoire d’Amour Radioactive » d’Antoine Chainas, un polar toxique

« Une Histoire d’Amour Radioactive » d’Antoine Chainas, un polar toxique

17 février 2014 | PAR Le Barbu

une-histoire-d-amour-radioactive-398841-250-400

Né en 1971, Antoine Chainas a longtemps fréquenté les commissariats de quartier, les maisons de repos, les centres d’essais militaires et les morgues… Il est l’auteur remarqué de plusieurs romans noirs, dont Versus et Anesthêsia, prix Quais du Polar – 20 Minutes 2010.

[rating=2]

Deux flics, Javier et Plancher, vivent une histoire d’amour passionnée et secrète. Au-delà de leur idylle ils enquêtent sur une vague de disparitions mystérieuses qui se soldent souvent par un suicide. Le point commun des victimes est qu’elles sont toutes en phase terminale d’un cancer. Pendant ce temps, un cadre d’une grosse boite transnationale, DRH, passe ses journées à licencier à tour de bras, sans se poser de questions, mécaniquement, et ne voit jamais sa famille. Jusqu’au jour où leurs chemins respectifs croisent celui de Veronika, photographe-performeuse passionnée de tourisme toxique…

Une histoire d’amour radioactive n’est pas le polar de l’année, mais se lit vite et bien. Un polar de transport en commun, de plage. Certaines idées sont bonnes et auraient mérité d’être plus développées. Souvent on a plus l’impression que tout est prétexte facile à une intrigue sans surprises. Mais étrangement on a envie d’aller au bout, de savoir, le chapitrage court accélérant le rythme de lecture. Quelques aspects critiques du monde de l’entreprise en contexte de crise économique sont intéressants, ainsi que l’engouement pour le tourisme sur sites toxiques. Mais globalement nous ne garderons pas de souvenirs immuables de ce roman…

Une histoire d’amour radioactive d’Antoine Chainas, Folio Policier, Janvier 2014.

Emio Greco prend la direction du CCN de Marseille
« Voodoo Land » de Nick Stone, un Miami Vice façon James Ellroy
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture