Livres

Flétrissure de Nele Neuhaus: un « Dallas » sanglant sur fond de nazisme

Flétrissure de Nele Neuhaus: un « Dallas » sanglant sur fond de nazisme

05 janvier 2013 | PAR Le Barbu

Nele Neuhaus est née en 1967 et vit depuis son enfance dans le Taunus près de Francfort. Après ses études, elles travaille dans une agence de publicité, puis se met à écrire des romans policiers qui rencontrent rapidement un immense succès populaire. Sorti en 2009, Flétrissure (Tiefe Wunden, « Blessures profondes » dans l’édition originale), le roman de Nele Neuhaus nous est proposé en format poche par Babel Noir en cette fin d’année 2012.

FletrissureLe point de départ de Flétrissure est l’assassinat de Samuel Goldberg dans sa riche demeure francfortoise. M. Goldberg est un vieil homme respecté et influent. Fait troublant : l’autopsie révèle que Goldberg, un rescapé de la Shoah, présentait sur le bras des traces du Blutgruppentätowierung, le tatouage du groupe sanguin que portaient les membres de la Waffen SS…

Chargés de l’enquête, le très distingué commissaire Oliver von Bodenstein et la très prosaïque Pia Kirchhoff comprennent que les victimes partageaient un terrible secret. Mais l’affaire leur est rapidement retirée par ordre du ministère de l’intérieur allemand… Bientôt les meurtres se succèdent, tous plus énigmatiques les uns que les autres, sur un mode opératoire qui gagne en cruauté et en atrocité.

Nos enquêteurs de la Kripo (La Kriminalpolizei (ou abrégé Kripo), « police criminelle » est la désignation commune en langue allemande des forces de police en Allemagne, Autriche et Suisse, chargées d’enquête en matière de crime.) découvrent rapidement qu’au centre de l’affaire revient souvent le nom d’une famille respectée de la bourgeoisie Allemande : les Kaltensee. A la tête de cette famille, Vera Kaltensee, qui vient de fêter ses 85 ans, figure intouchable, qui semble détenir tous les secrets et cristallise autour d’elle passions et convoitises.

Flétrissure est un polar qui se dévore littéralement. Il se lit comme on regarderait ces feuilletons télévisés sur fond de sagas familiales. Et le clan de Vera Kaltensee ne va pas laisser en paix une seule seconde l’équipe du commissaire von Bendenstein et sa co-équipière Pia Kirchhoff chargés d’élucider la suite de meurtres. Plonger dans ce polar c’est côtoyer ces gens riches, tous bien sous tous rapports, mais qui pourtant ont tous quelque chose à cacher. Nele Neuhaus dresse une toile étonnante qui nous entraîne tour à tour dans le passé de l’Allemagne, sur fond de nazisme, et dans un présent de faux semblants. Secrets de familles, vengeance, usurpation d’identité, vice, jalousie, autant de facettes que toute cette bourgeoisie tente désespérément d’escamoter mais qui finiront par remonter à la surface.

Flétrissure est un polar magistral qui regarde l’Histoire en face, et qui a imposé Nele Neuhaus comme un auteur de premier plan. Ses livres, vendus en Allemagne à des centaines de milliers d’exemplaires, sont en cours de traduction dans plus de vingt pays.

Flétrissure (Tiefe Wunden, « Blessures profondes »)

Editions Actes Sud – Collection Babel Noir,  Octobre, 2012 / 496 pages
Traduit de l’allemand par : Jacqueline CHAMBON
Prix indicatif : 9,70€ – Babel noir n° 66

Gagnez 10×2 entrées pour la Pizza Chaude au Regine le 10 janvier
2002-2012 : dix années sans Jean-Jacques Goldman- 2ème partie
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

One thought on “Flétrissure de Nele Neuhaus: un « Dallas » sanglant sur fond de nazisme”

Commentaire(s)

  • Eric Ingouf

    Bon, on espère que ça va être bien, parce que là je l’ai acheté.

    mars 4, 2013 at 22 h 43 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *