Livres

Livre : L’odeur des pommes de Mark Behr, une enfance dorée en Afrique du Sud

04 mars 2010 | PAR Yaël Hirsch

Lattès publie enfin en Français le roman qui a fait connaître l’auteur sud-africain Mark Behr. Paru d’abord en Afrikaans en 1993, puis en Anglais deux ans plus tard, « L’odeur des pommes » retrace l’enfance d’une petit garçon blanc dans l’Afrique du Sud des années 1970. Sans souci du politiquement correct et très sensuel, le texte donne à voir sous un jour nouveau la réalité de l’apartheid. En librairies le 10 mars.

Marnus vient d’une famille de colons qui ont du quitter la Tanzanie après la nationalisation des terres par les socialistes. Ils se sont alors installés en Afrique du Sud, dans une ferme. La mère a abandonné sa carrière de cantatrice internationale pour épouser le père, un général et homme politique influent. Depuis son voyage en Europe, la grande sœur de 17 ans de Marnus se prend pour une adulte et la mademoiselle perfection énerve beaucoup son frère. Heureusement, il y a Frikkie, le camarade de classe et meilleur ami de Marnus. Les deux garçons deviennent frères de sang, vont pêcher, se battre, et faire peur à une de leurs camarades blanches moins aisée, Zelda. L’arrivée d’un homme politique chilien (en mission sous un surnom américain) sous le toit de la famille de Marnus vient bouleverser un ordre naturel des choses où les petits garçons jouent, les « coloured » sont des domestiques fidèles ou des gens violents, les mères sont jolies, et les pères forts et rassurants…

Avec une naïveté retrouvée Mark Behr décrit sans tabou la vision du monde que peut avoir un petit garçon pieux et généreux mais issu d’une longue tradition où l’on différencie noirs et blancs, riches et pauvres, et classe le comportement des gens selon la couleur de leur peau. Mais lors du cours laps de temps que couvre le roman (quelques semaines avant l’été), Marnus grandit, se pose la question de sa virilité, est ébranlé par l’accident du fils de sa nounou noire, Doreen, brulé vif dans le moteur d’un train, et interroge les repères de ce monde qui lui a longtemps semblé si rassurant. Mark Behr intercale des flux de conscience d’un Marnus plus âgé et sur le front avec ces passages de roman d’apprentissage. cette double structure permet de présenter l’enfance de Marnus comme le temps de l’innocence -malgré les préjugés- et aussi le fruit mûr dans lequel le ver de la haine était déjà solidement ancré. Un très beau voyage dans tout un passé lointain qui devient étrangement proche….

Mark Behr, » L’odeur des pommes », J.-C. Lattès, traduit de l’Anglais par Pierre Guglielmina, 220 p., 20 euros.

« Maman dit que nous devons nous souvenir que la vie n’est pas toujours facile. Le Seigneur peut parfois semer notre vie d’embûches, mais c’est dans les moments comme ceux-là que nous devrions toujours nous souvenir de Job. C n’est pas non plus à nous de nous demander pourquoi ces choses nous arrivent. C’est la volonté du Seigneur et le mieux que nous puissions faire, c’est de prier pour que Little-Neville vive. Ilse dit que ce qui rend la chose encore pire, c’est que trois Blancs se sont acharnés sur lui […] Même si Little Neville a volé du charbon, je ne pense pas que ce soit bien que quelqu’un veuille le faire frire sur un moteur de locomotive. Que Little-Neville soit coloured ou pas, on ne devrait pas faire des choses pareilles, surtout à un enfant.  » p. 209

Gagnez 3×2 places pour Léonie et en avance et On purge bébé au Théâtre du Palais Royal
Série : Dustin Hoffman se met au Tiercé pour HBO
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *