Livres

Le livre des chuchotements de Varujan Vosganian : des centaines de voix pour 3 générations d’Arméniens réfugiés en Roumanie

20 mars 2013 | PAR Yaël Hirsch

Ancien ministre roumain des Finances (2006 à 2008), sénateur, et auteur de recueils de nouvelles et de poésie, Varujan Vosganian est également Président de l’Union des Arméniens de Roumanie. Déjà traduit en trois langues, « Le livre des chuchotements » est paru en ce mois du salon du Livre où les lettres roumaines sont à l’honneur, aux éditions des Syrtes. Une fresque familiale élargie où les échos de l’Histoire du 20ème siècle éclatent en chuchotements indispensables.

L’histoire commence comme une légende, par les hauts faits des deux grands -pères, Garabet Vosganian et Sedrak Melikian. Deux patriarches très différents mais unis dans leur expérience de l’exil et du deuil. Et ce deuil est interminable, transmis de génération en génération depuis les rivages turcs jusqu’aux portes du Goulag. Le narrateur a décidé, sur trois générations, de donner voix aux chapitres aux vivants et aux morts, de retranscrire leurs aventures et de raconter leurs histoires, que leur fin soit heureuse, malgré quelques cheveux et dents perdues ou terrifiante, quand les soviétiques accordent un retour au pays aux arméniens pour mieux les exterminer et font croire au retour mirifique à grand renfort de correspondance publiée dans les journaux mais jamais reçue.

C’est sotto voce et sans jamais se mettre en avant que Varujan Vosganian libère les chuchotements de l’Histoire. Ce retour littéraire et polyphonique sur un 20ème siècle à la fois arménien et roumain est d’une richesse textuelle et humaine admirable. Il y a quelque chose des « enfants de Minuit », le je en moins, dans ce texte à la fois complexe et uni, dense et tenu par une seule ligne de tension. Quelque chose d’une comédie humaine pas très drôle et qu’il faut pourtant garder en mémoire. Un livre riche d’amour et d’attention.

Varujan Vosganian sera présent au salon du livre, du 22 au 25 mars 2013.

Varujan Vosganian, Le livre des chuchotements, trad. Laure Hinckel et Marily le Nir, Editions des Syrtes, 368 pages, 23.00 €. Sortie le 7 mars 2013.

« La mort était une façon de mélanger les choses, une manière d’oublier de rentrer chez soi. Les Arméniens de mon enfance vécurent longtemps et moururent dans leur grand âge. je croyais qu’il ne pouvait pas en être autrement. Ils portaient en eux une sorte de fatigue qui les empêchaient des se reposer et d’autant moins de mourir; Ils étaient déroutés par tant de choses crues vues dans leur enfance sans les comprendre. La mort a sa propre sagesse éclairante. L’effarement les empêchait de mourir. » p. 35-36.

Silas Corey tome 1: Le réseau Aquila
Impossible de grandir de Fatou Diome, l’éternelle jeunesse de celle qui a vécu sur plusieurs continents
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Le livre des chuchotements de Varujan Vosganian : des centaines de voix pour 3 générations d’Arméniens réfugiés en Roumanie”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *