Livres
« Le Gang de la Clef à Molette » d’Edward Abbey : un hymne poétique au sabotage

« Le Gang de la Clef à Molette » d’Edward Abbey : un hymne poétique au sabotage

24 avril 2013 | PAR Alice Dubois

Edward Abbey (1927-1989) est l’un des plus célèbres écrivains de l’Ouest américain, considéré par Jim Harrison comme « l’un des plus grands ». Icône de la contre-culture des 70’s, souvent comparé à Henri David Thoreau, il est aussi l’un des pionniers d’une prise de conscience écologique aux États-Unis. C’est à 17 ans, alors qu’il sillonne le pays en stop, qu’il tombe raide dingue du Grand Ouest. « J’ai eu le coup de foudre, une passion qui ne m’a jamais quittée ». Il y consacrera toute sa vie. En 1968 paraît son premier roman Désert solitaire, véritable hymne à la nature sauvage, devenu une référence du genre. Quelques années plus tard, en 1975, sort Le Gang de la Clef à Molette, qui connut un énorme succès international et qui illustre parfaitement l’engagement de l’auteur pour la préservation de la nature et son combat contre les dégâts de l’essor industriel. Ce n’est que quinze ans plus tard, en 1989, qu’Edward Abbey publie la suite de ces aventures dans le roman Le Retour du Gang. Les éditions Gallmeister, très attachées à l’œuvre de l’auteur, viennent de republier ces deux ouvrages dans leur très belle collection Nature Writing.

Le gang

« Non, le monde sauvage n’est pas un luxe, mais une nécessité de l’esprit humain, aussi vitale pour nos vies que l’eau et le bon pain. Une civilisation qui détruit le peu qui lui reste du sauvage, du rare, de l’originel, se coupe de ses origines et trahit le principe même de la civilisation. » Edward Abbey.

Véritable road-trip complétement déjanté, Le Gang de la Clef à Molette regroupe quatre individus cocasses au caractère bien trempé. Autour de Smith, mormon de naissance et fondateur des « Randonnées du Grand Nulle Part » qu’il organise au cœur de l’Utah, on découvre le vieux Dr Savis accompagné de sa sulfureuse maîtresse Bonnie Abbzug, tous deux déjà adeptes du sabotage de panneaux publicitaires, notamment le long des routes du Nouveau-Mexique, et le jeune G.W. Hayduke, vétéran du Vietnam, accro à la bière et auteur de l’adage « Si tu ne bois pas, ne conduis pas. Si tu bois, conduis comme un fou. » Tous amoureux fous du Grand Ouest et férocement engagés pour sa préservation, ils décident d’unir leurs forces pour frapper plus fort. Ils n’auront qu’à lever les yeux pour trouver des cibles à la hauteur de leurs ambitions : le grand barrage du Glen Canyon et le pont du même nom qui se dressent insolemment devant eux…Armés de clefs à molette et de quelques bâtons de dynamite, le Gang va se déchaîner, sans se soucier de l’ordre et de la morale.

Cette réédition est illustrée par Robert Crumb, figure de proue du comix underground depuis les années 60. Les illustrations sont les mêmes que celles publiées par Dream Garden Press en 1985 pour une édition spéciale dédiée au 10e anniversaire du livre.

« Comme Hayduke, Smith avait le cœur gonflé d’une saine exécration. Parce qu’il se souvenait d’un endroit différent. Il se souvenait du fleuve doré s’écoulant vers la mer. Il se souvenait de canyons appelés Le Passage Invisible et le Salut et La Dernière Chance et l’Interdit et la Pénombre et d’innombrables autres encore, dont certains n’avaient jamais reçu de nom. Il se souvenait des étranges et phénoménaux amphithéâtres appelés le Temple de Musique et la Cathédrale dans le Désert. Tous ces monuments gisaient désormais sous les eaux mortes du réservoir, où ils disparaissaient lentement sous les couches de sédiments. Comment aurait-il pu oublier ? Il en avait trop vu. »

Leretourdugang

« Quiconque prendra ce livre au sérieux sera immédiatement abattu. Quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi. » (Edward Abbey)

Quinze ans après Le Gang de la Clef à Molette, Le Retour du Gang est l’ultime roman d’Edward Abbey. Cette suite déjantée remet en scène la bande des quatre insoumis qui, cette fois, doivent lutter contre un super-excavateur géant, GOLIATH, destiné à exploiter une mine d’uranium. Entre résistance, sabotages et opérations coups de poing, le combat pour sauver la nature menacée au nom de la croissance industrielle sera difficile, voire désespéré. Mais tous les coups sont permis contre le capitalisme, la technologie et l’asservissement des esprits.

« Ah les hommes. Ils se croient tous très malins et ils sont très bêtes. Rustres. Les hommes sont des gens rustres. […] Pas de sentiments. Ils croient qu’ils ont des sentiments mais ils ne font qu’éprouver des sensations avec leur peau. […] Épidermiques. […] La plupart des hommes sont des porcs. C’est une chose dont vous pouvez être sûrs. Les hommes me font pitié. »

« L’éco-guerrier ne se bat pas contre des hommes, il se bat contre une institution, l’Empire planétaire de la Croissance et de la Cupidité. Il ne se bat pas contre des êtres humains mais contre une mégamachine monstrueuse comme on n’en a pas vue depuis l’âge des Titans. Il ne se bat pas contre des humains, mais contre une technologie en cavale, hors de contrôle, une entité vorace qui se nourrit des hommes, de tous les animaux, de toutes les choses vivantes, et même des minéraux, des métaux, des roches, du sol, de la terre elle-même, de l’assise rocheuse de toute vie terrestre ! » 

Edward Abbey dénonce, provoque et dit « NON » avec talent, dans un style direct et sans détours. Avec un humour grinçant et implacable, il prône la préservation urgente de notre milieu naturel, un sujet d’une terrible actualité. Fils du Grand Ouest américain, il nous fait découvrir avec enchantement un monde où la nature fut reine et nous laisse presque nostalgiques de paysages que nous n’avons même pas connus…Le Gang de la Clef à Molette, ode controversée à l’éco-terrorisme, est à l’origine de la création en 1980 du groupe Earth First et valut à son auteur l’ouverture d’un dossier à son nom dans les bureaux du FBI. On raconte que, sentant la fin approcher, Edward Abbey demanda à ses amis de le déposer au cœur de ce désert qu’il chérissait tant. Aujourd’hui encore, personne ne sait où repose son corps…

Le Gang de la Clef à Molette (547 p. – Prix : 25 €) et Le Retour du Gang (422p – Prix: 24,5 €) de Edward Abbey – Editions Gallmeister – Collection Nature Writing – Mars 2013.

Fabienne Alice Dubois et Le Barbu

Thierry Colson : pop-up !
Hermès se fait vintage aux enchères
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *