Jeunesse

Et l’oiseau  s’envole de Marie-Hélène Lafond illustré par Loren Bes

Et l’oiseau s’envole de Marie-Hélène Lafond illustré par Loren Bes

22 décembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Marie-Hélène Lafond, illustrations de Loren Bes

Un enfant curieux observe le marché sous ses fenêtres. La présence d’un marchand pas comme les autres va le convaincre de se mêler à la foule pour être un badaud insolite.

Marie-Hélène Lafond a toujours aimé les livres et les enfants. A partir de ses deux passions, elle a créé un site « La tête dans les mots » où elle offre gratuitement à la lecture ses petites histoires pour les jeunes. Face au succès rencontré, il était temps d’émerveiller les enfants sur le papier et pour ce faire, le choix fut Loren Bes, illustrateur dont le tracé évoque parfois Tim Burton et dont la grande jeunesse et précocité artistique est un bon avant-goût, un tandem à suivre.

 

 

L’histoire fait penser à la célèbre pièce du grand auteur belge Maurice Maeterlinck: L’oiseau bleu, nous  retrouvons le même goût pour le merveilleux, le désir du héros de sortir de la quotidienneté de son existence et de trouver le bonheur. L’audace du personnage principal est ce qui lui permet de venir à bout des obstacles. La magie fait également son entrée dans l’histoire: une journée comme les autres devient aventureuse, féerique, l’oiseau faisant figure d’adjuvant magique. Cette histoire est un hymne à la liberté, elle fait réfléchir face à l’intolérance et la cruauté qui sont trop souvent banales dans notre monde.

Les dessins de Loren Bes sont séduisants et biscornus, les maisons penchent, les personnages s’étirent comme des serpents, le trait est fin comme une caresse sur le papier, la couleur appliquée en touches subtiles et délicates, l’ensemble est loufoque, original, très beau et très poétique. Le bleu de l’oiseau ressort dans la grisaille du marché. Le méchant de l’histoire semble une vraie forge volcanique surgie de l’Enfer. Il y a aussi beaucoup d’humour derrière ce crayon en particulier dans les illustrations en noir et blanc qui sont en supplément à la fin du livre.

L’auteur et l’illustrateur s’entendent à merveille pour créer un monde bien à eux, un petit bijou.

Rue89 racheté par le Nouvel Observateur
Mignon Palace au Théâtre du Nord
Sandrine et Igor Weislinger

One thought on “Et l’oiseau s’envole de Marie-Hélène Lafond illustré par Loren Bes”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *