Livres
Geluck <em data-lazy-src=

Geluck Enfonce le clou, satire sympatique des affres contemporains

15 novembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le papa du Chat délaisse son animal de compagnie le temps d’un livre assez politique, volontairement faussement polémique une chronique des faits divers les plus étonnants. « Geluck enfonce le clou » se lit comme on écoute une discussion de comptoir au bistrot, sympathique, irritant, parfois lassant.

Les enfants bruyants, la peine de mort, les religions, la naissance de la bande dessinée… Chez Geluck , tout est sujet à franche rigolade sans limite. Le ton est celui de la chronique, écrite à la première personne. Les histoires sont puisées dans le quotidien du dessinateur. Une moto la nuit et c’est l’occasion houspiller  « les types », qui ont visiblement quelque chose contre lui !

Les textes sont biens ficelés, agréables à lire, l’écriture est enlevée . Quelques histoires valent franchement une belle barre de rire , tel ce Dingkerkhof, ce « cimetière pour choses ». Les endeuillés viennent y déposer leur lunettes cassées, « leur frigo bien aimé »…

Les dessins sont rares , ils ne sont pas le cœur de l’action, ils viennent illustrer le propos. rares, mais pertinent, souvent plus que le texte même . Le trait précis vient croquer des scène ubuesques, comme par exemple ce dessin de chien de muet qui aboie en langue des signes.  Muet, Philippe Geluck ne l’est certainement pas, mais c’est ce monde qu’il aimerait faire taire. C’est épuisé et quasi sénile qu’il apparait à la fin, pour sans doute son  meilleur dessin  comme hors contexte , pensé comme un point final, mais nous vous laissons la surprise !

Au final, la série de nouvelles apparait comme un ras-le-bol général de la société et de ses petites manies, mais aussi, pour y porter dans d’attention comme une nécessaire déclaration d’amour. Après tout, on ne charrie que ce que l’on aime !

Du net à l’assiette, ouvrage collectif
How I met your Mother: série en déclin ?
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture