Fictions

Sentinelle de la pluie, de Tatiana de Rosnay : submergée par les flots

Sentinelle de la pluie, de Tatiana de Rosnay : submergée par les flots

29 mars 2018 | PAR Marine Stisi

Les Editions Héloïse d’Ormesson publient le nouveau roman de Tatiana de Rosnay, Sentinelle de la pluie, roman saisissant dans lequel l’autrice imagine une réunion de famille dans un Paris submergé par les flots calmes mais destructeurs de la Seine.

[rating=4]

Sous les pavés, la mer

Il fallait le voir pour le croire. Au début du mois de mars, quand la romancière franco-britannique Tatiana de Rosnay publie son nouveau roman, Sentinelle de la pluie, le livre a des airs troublants de prophéties. En effet, les eaux de la Seine, comme dans son récit, montent dangereusement suite à des pluies torrentielles. Comme dans son récit, certaines banlieues sont sous l’eau et tous les yeux sont braqués sur le zouave. Que ferions-nous si…

Arrive un moment où la fiction dépasse la réalité. Tatiana de Rosnay imagine, à l’image d’un film catastrophe, les eaux sombres et boueuses s’infiltrant dans les rues de Paris, condamnant des arrondissements entiers au froid et à la nuit. L’électricité est coupée, le chauffage aussi. Par barques, la police évacue les parisiens hors des quartiers sinistrés. Tatiana de Rosnay, en quelques sortes, nous donne un aperçu de ce que ça serait, si ça dégénérait. Si la nature, tout à coup, reprenait le dessus, laissant la ville et ses habitants à sa merci.

Un week-end à Paris

Au même moment, ironie du calendrier, Lauren et Paul ont invité leurs enfants à les rejoindre à Paris pour célébrer leur quarante de mariage et les soixante-dix ans de Paul. Ce petit week-end, organisé depuis des semaines, n’a qu’un seul mot d’ordre : la famille seulement. Pas d’enfant, pas de compagnons. Linden, photographe mondialement reconnu, a fait le chemin pour venir retrouver ses parents et a respecté la consigne : il a laissé son petit-ami Sacha à San Francisco. Sa sœur, Tilia, est elle aussi venue de Londres, laissant outre-Manche son mari et sa fille.

Tous les éléments sont réunis pour un week-end réussi. C’était sans compter sur une pluie qui n’en finissait pas de tomber, inlassablement. Mais l’eau devient rapidement le dernier des soucis de cette famille. Alors que Paul, père lunaire, arboriste reconnu et fan invétéré de David Bowie, fait une attaque violente, Linden va devoir affronter les mystères, les non-dits de sa famille, mais aussi, combattre ses propres démons, faire tomber ses propres barrières. Et peut-être, enfin, oser parler de Sacha, un garçon, l’amour de sa vie à son père.

Le fleuve est pareil à ma peine, écrivait Guillaume Apollinaire dans son fameux Alcools. Tatiana de Rosnay, avec son Sentinelle de la pluie, fait également de la Seine son fil conducteur. L’autrice nous emporte avec elle dans un récit qui ne cesse de nous surprendre et dont les intrigues suivent le cours tragique de l’état de la ville… Tant que l’eau ne descend pas, il faut toujours s’attendre au pire.

Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay, Editions Héloïse d’Ormesson, 368 pages, 22 pages.

« Jalousies », un thème immémorial galvanisé par un duo burlesque irresistible [Avignon Off]
Les vernissages de la semaine : spécial photographie
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *