Fictions
Quand tu écouteras cette chanson: la nuit de Lola Lafon à la Maison d’Anne Frank

Quand tu écouteras cette chanson: la nuit de Lola Lafon à la Maison d’Anne Frank

16 août 2022 | PAR Yaël Hirsch

Lorsque Alina Gurdiel propose à Lola Lafon de passer une nuit au musée pour la collection qu’elle dirige chez Stock, l’auteure choisit le Musée Anne Frank à Amsterdam. Le résultat est très personnel et brouille, avec puissance, les frontières entre le document et l’autobiographie. 

Une nuit terrible chez la plus célèbre des adolescentes

Au sortir du confinement, aller s’enfermer dans “L’annexe” où l’adolescente la plus célèbre de l’histoire a passé 25 mois avec sa famille est en effet une épreuve à laquelle l’auteure craint de se confronter et un moment de vérité. Une fois les autorisations obtenues, elle prépare ce moment – que d’autres anticipent pour elle -, à la fois très grave et en même temps très vivant si l’on considère l’intelligence et l’énergie des pages du Journal. Mieux que rencontrer un « spectre » ou redonner vie à la jeune fille assassinée, Lola Lafon parle d’Anne Frank telle qu’elle a été. Et, avec rigueur de la manière dont son Journal résonne en elle-même.

Un pacte autobiographique

Ainsi, Lola Lafon se livre et parle d’elle. Grandie en Roumanie, elle a connu l’exil comme Anne Frank. Bien que sa famille ait aimé le cacher et n’ait jamais pratiqué, sous sa blondeur protectrice, elle est aussi d’origine juive. Enfin, comme Anne Frank, mais à sa manière, l’on apprend que l’écriture et la mémoire sont, dans la vie de l’auteure intimement et précocement liée. Alors qu’on repense aux adolescentes que Lola Lafon a si bien fait vivre dans ses romans (Lire nos chroniques de Chavirer et de La petite communiste qui ne souriait jamais), c’est elle avec la somme de ses âges qu’elle sonde face à celle qui n’a pas eu la chance de dépasser 15 ans. 

Documentation & Fiction

Il est moralement – et donc pratiquement – difficile de faire de la fiction avec la figure d’Anne Frank, la pièce de théâtre et le film sans Audrey Hepburn dont parle Lola Lafon en témoignent (ainsi que le récent film d’animation d’Ari Folman). Ainsi, le passage par l’autobiographie est sensible et porteur d’écho. C’est une nuit au Musée assez inhabituelle par sa longueur et son intensité que nous propose Lola Lafon, avec une structure complexe témoignant de beaucoup d’émotion et un style qui va et vient entre l’héroïne et celle qui passe la nuit chez elle, incrusté de moments de vérité nue. Un livre fort, donc, qui mêle documentation et autobiographie de manière passionnante et intelligente. 

Lola Lafon, Quand tu écouteras cette chanson, Stock, 180 p., 19,50 euros. Sortie le 17 août 2022.

Visuel © Couverture du livre

Derniers jours : Simon Hantaï à la Fondation Louis Vuitton
Agenda de la semaine du 15 août
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture