Fictions
Décès de l’auteur de science-fiction Richard Matheson

Décès de l’auteur de science-fiction Richard Matheson

02 juillet 2013 | PAR Fatima-Ezzahrae Touilila

Le 23 juin s’est éteint  Richard Matheson, à Calabasas en Californie, romancier, nouvelliste, et  scénariste prolifique,  son oeuvre entre fantastique et science fiction,  a façonné l’imaginaire populaire. 

richi

Né en 1926 dans le New Jersey, de parents norvégiens il est élevé à Brooklyn, se destine d’abord à une carrière de musicien, intègre ensuite l’école de journalisme de l’université du Missouri-Colombia,  avant de rejoindre l’infanterie pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Sa carrière d’écrivain connait un véritable bond, lorsque sa nouvelle « Journal d’un monstre » parait dans un magazine de science fiction, en 1950. Dès lors ses livres dont « Je suis une légende » (1954) et « L’Homme qui rétrécit » (1956),  « Le Jeune Homme, la Mort et le Temps » (1975) furent des succès éditoriaux et cinématographiques. Mais sa carrière hollywoodienne ne s’arrêtera  pas à cela.  Il  participe à la rédaction de nombreuses séries dont « Star Trek » et « La Quatrième dimension », et écrit le scénario du long-métrage  « Duel »  qui sort alors Steven Spielberg de l’ombre.

Plusieurs fois lauréat du World Fantasy Award et  du Bram Stocker Award, pour son oeuvre qui compte près de 200 nouvelles, une quinzaine de romans et plus d’une trentaine de scénarios de films, y compris certains  dont il fut également producteur. Le ton de ses récits  est souvent assimilé à celui de l’oeuvre romanesque de Stephen King, qui avoue lui-même qu’il fut l’une de ses plus grandes, si ce n’est sa principale source d’inspiration. Comme il le titrait à seulement 28 ans, dans son roman depuis plusieurs fois adapté à l’écran, dont la dernière en date par Francis Lawrence  avec Will Smith dans le rôle du personnage principal, Richard Matheson restera une légende pour plusieurs générations.

Visuel: (c) couverture de « Je suis une légende » de  Richard Matheson

 

 

 

Gagnez 5×2 pour Dans un jardin je suis entré, d’Avi Mograbi le 9 juillet au MK2 Bibliothèque
Roy Lichtenstein au Centre Pompidou : du common art au pop art
Fatima-Ezzahrae Touilila

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture