Fictions

« De pierre et d’os », le roman solaire de Bérengère Cournut

« De pierre et d’os », le roman solaire de Bérengère Cournut

17 septembre 2019 | PAR Marine Stisi

Le Tripode ne publie pour sa rentrée littéraire qu’un seul et unique livre, le nouveau roman de Bérengère Cournut, De pierre et d’os. Dans son précédent livre, Née contente à Oraibi, qui sort tout juste en poche, l’autrice transportait son lecteur auprès d’une amérindienne Hopi. Avec De pierre et d’os, c’est auprès d’une jeune inuit qu’elle nous fait voyager, avec énormément de retenu et de poésie. Un très beau livre concocté suite à une résidence au Muséum d’histoire naturelle et qui vient d’être récompensé du Prix Fnac 2019.

La banquise, tout à coup, se brise. Uqsuralik, jeune fille inuit, sera désormais séparée de sa famille et devra affronter sans le soutien des siens les dangers du monde, du froid grandissant de l’hiver à la nourriture qui disparaît, jusqu’aux monstres cachés dans les profondeurs et la violence des hommes. Avec sa chienne, elle parcourt la terre de glace à la recherche d’autres êtres humains qui pourront l’aider à survivre. Elle ne restera pas seule longtemps, mais le monde est juché d’embûches. Le chemin sera long, mais le chemin aussi, parfois, sera beau.

Ce livre est un livre unique en son genre. Si aux premières pages, on peut rester de marbre face à l’écriture parfois presque clinique de Bérengère Cournut, sa poésie soudain nous attrape pour ne plus nous lâcher. La musicalité du texte, les chants de l’Arctique qui s’entremêlent à la prose, quelque chose de magique se passe entre nous, lecteurs, et ce livre qui physiquement déjà, est si beau. Le regard de l’autrice est celui d’une curieuse profondément lyrique autant que celui d’une ethnologue aguerrie. Comment, sans jamais s’y rendre, l’autrice a-t-elle pu saisir à ce point un univers, une atmosphère ? C’est comme une envolée et c’est spectaculaire.

Bérengère Cournut, De Pierre et d’os, Le Tripode, 219 pages, 19€.

Couverture : ©DR

Se mettre à nu au JERK OFF – édition 2019
Les rapports aux textes de Yasmine Hugonnet et Ivana Müller à Lafayette Anticipations
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *