Fictions
« Le Dit du Mistral » d’Olivier Mak-Bouchard: voyage au coeur du Luberon

« Le Dit du Mistral » d’Olivier Mak-Bouchard: voyage au coeur du Luberon

26 août 2020 | PAR Chloé Hubert

Avec son premier roman Le Dit du Mistral, Olivier Mak-Bouchard nous emmène dans le Luberon pour une fouille archéologique clandestine. En suivant la trace de poteries antiques, c’est toute l’histoire de la Provence qui réapparait. Un très beau premier roman où souffle le Mistral et où chante le patois.

Si ce roman semble être avant tout celui du Luberon, l’intrigue est celle de deux voisins qui découvrent un éboulement sur leur terrain leur révélant ce qui semble être des tessons de poterie antique. Ils se lancent tous les deux dans une fouille archéologique clandestine qui va les amener de plus en plus loin, au cœur de la Provence et de son histoire.

Le Dit du Mistral est un beau premier roman d’Olivier Mak-Bouchard, enfant du Luberon, qui arrive merveilleusement à transmettre son amour de la région et à retranscrire la lenteur de l’atmosphère si particulière de cette Provence sujette au Mistral. L’auteur nourrit son œuvre de celle de Jean Giono et d’Henri Bosco, dont les citations ouvrent chaque chapitre aux côtés d’autres auteurs locaux comme René Char, Frédéric Mistral ou encore Paul Arène. Parfois, ce sont des proverbe provençaux – en provençal ! –  qui les remplacent. Le patois est d’ailleurs présent dans ce roman, ce qui offre la possibilité à ceux qui en sont familiers d’entendre chanter les phrases. Les mythes locaux étayent également ce récit et apportent une touche de poésie à la quête de ces deux hommes « du cru » pour lui donner finalement quelque chose de très enfantin. Ils retombent – et nous avec – au temps des chasses au trésors et des mythes qui se colorent de réalité.

Si le roman est très réussi, c’est également un très bel objet, pensé et réalisé avec soin par l’éditeur. La couverture dessinée par l’artiste Phileas Dog est sublime et des dessins de cartes et de monuments inspirés des croquis de l’auteur lui-même accompagnent le récit, pour permettent de l’ancrer dans le terroir provençal encore un peu plus. On est aussi touché par l’éditeur qui prend le temps, à la fin de l’ouvrage de raconter le cheminement du manuscrit pour qu’il devienne le live que nous tenons entre les mains. « L’imprimeur, en voilà un qu’il ne faut pas oublier de remercier ! […] à préparer aux petits oignons la fabrication du livre. L’équipe du Tripode trépignait ». L’objet est finalement comme le récit : bien fait, réalisé avec précision et beaucoup d’attention. De quoi faire de cette lecture une expérience particulièrement agréable et nous donner le sentiment d’être de vrais privilégiés.

 

Olivier Mak-Bouchard, Le Dit du Mistral, Le Tripode, 360 p. 19 €, sortie le 20 août 2020

Visuel : ©Couverture officielle réalisée par Phileas Dog

Agenda cinéma de la semaine du 26 août
Isabelle Carré point d’orgue d’une magnifique édition de la Mousson d’été
Chloé Hubert

One thought on “« Le Dit du Mistral » d’Olivier Mak-Bouchard: voyage au coeur du Luberon”

Commentaire(s)

  • Nelly

    Je viens de finir la lecture du Dit du mistral après un week end venteux. J ai voyagé dès le prologue et découvert une aventure hors du temps. Je vous remercie pour ces conseils de lecture. Au travers de paysages magnifiques, on se laisse prendre par la l’Ain du narrateur pour vivre un conte, une fable,…. j ai adoré

    août 30, 2020 at 22 h 34 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *