Fictions

« Crans-Montana » : Monica Sabolo révèle les beautés mystérieuses de la Montagne magique

« Crans-Montana » : Monica Sabolo révèle les beautés mystérieuses de la Montagne magique

18 août 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après le très remarqué Tout Cela n’a rien à voir avec moi (JC Lattès, prix de Flore 2013), Monica Sabolo, l’ancienne responsable culture de Grazia est passée à plein temps à l’écriture de romans et scénarios. Le nouveau né pour cette rentrée 2015 porte le nom d’une station de ski très chic, Crans-Montana. Et explore in & out l’aura mystérieuse de trois  jeunes-filles dans le vent. Un conte de fée à la Françoise Sagan.

[rating=4]

Dans la très chic station de ski de Crans-Montana, en suisse, les familles viennent année après année. Alors que le vent de libération des mœurs souffle même dans les recoins les plus bourgeois d’Helvétie, trois petites filles deviennent soudain des jeunes-femmes aussi mystérieuses que séduisantes pour les garçons de leur âge. Il y a la brune chic, Chris, celle aux cheveux noir et les yeux ennuyés, Charlie et enfin la blonde volcanique, Claudia. Elles se déplacent toujours à trois, au cinéma, comme sur les pistes, et même quand Claudia commence à sortir avec les garçons italiens qui descendent à la station, pour les jeunes gens qui les ont vu grandir, elles restent un tout insondable et inséparable. Tous les garçons sont amoureux de ces trois grâces, mais ils les verront se faner violemment sans vieillir, sans jamais vraiment tenter de les rencontrer ou de les séduire.

Créant un climat de mystère propre à l’univers des jeunes-filles, Crans Montana laisse brièvement la parole aux trois belles et malheureuses égéries ignorantes de leur pouvoir et soulève ainsi le rideau  machiste qui voudraient que les muses ne soient qu’apparence. On n’en sait pas bien plus, si ce n’est que l’aura de mystère perdure et traverse mariages et générations, ce qui fait du roman une sorte d’anti Virgin Suicides, bien plus cruel et résigné que le film de Sofia Coppola sur le devenir des jeune-femme en fleur. Un beau livre,  franchement original, qui capture l’air de rien tout un climat social, et n’est pas sans rappeler le Bonjour Tristesse de Françoise Sagan.

Monica Sabolo, Crans-Montana, JC Lattès, 240 p., Sortie le 26 août 2015.

visuel : © couverture du livre et photo officielle de l’auteure

Attentat de Bangkok : Les touristes visés ?
La galerie Gagosian, nouvelle représentante des oeuvres de Nam June Paik
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *