Fictions
Basculer, de Florian Forestier : un premier roman dans les couloirs d’un pouvoir chancelant

Basculer, de Florian Forestier : un premier roman dans les couloirs d’un pouvoir chancelant

04 août 2021 | PAR Yaël Hirsch

Après un recueil de nouvelles (La planète creuse) et une série d’essais (dont le rapport Désuberiser), le philosophe Florian Forestier passe au roman chez Belfond en cette rentrée 2021. Basculer nous fait entrer dans les arcanes d’un pouvoir à la veille d’un grand chambardement. 

Jeunes, brillants et dans un navire sans capitaine

Tout commence avec l’avis de disparition du jeune Daniel Fresse, à près de 3000 mètres d’altitude. Haut fonctionnaire, le jeune homme travaillait au service de l’État et du pouvoir, au plus haut niveau, mais de manière beaucoup plus discrète et brillante que sa camarade de classe Julie. Alors que Daniel admire le Président et se positionne pour un entretien à l’Élysée pour défendre un dossier qui lui tient à cœur, l’arrivée du coronavirus bascule un équilibre bien établi… 

Portrait mordant d’une génération privée d’idéal

Tout semble rouler pour les personnages à succès du roman de Florian Forestier ; tout pourrait presque commencer d’ailleurs comme un Jay McInerney version française, avec le label « ENA » : ils forment un petit cercle de gens influents, sexys et concentrés qu’on voit évoluer comme une faune curieuse et diligente alors que la catastrophe sanitaire s’annonce. Néanmoins, le style incisif, l’ironie présente et la cruauté bien menée à l’égard des personnages nous plongent dans un univers plus sombre. Et aussi plus lucide sur les horizons barrés d’une génération qui s’implique en politique alors que les idéaux n’existent plus. Alors que ni la vie privée ni le sens de la mission de ces jeunes gens brillants n’a d’ancrage solide, la chute est annoncée dès le début, et le chemin qui y mène très bien saisi…

Florian, Forestier, Basculer, Belfond, 336 pages,  19 euros. Sortie le 19/08/2021?

Visuel : couverture du livre

Ibrahim Maalouf enflamme la scène de Jazz in Marciac
La maison des solitudes de Constance Rivière : de mère en fille…
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture