Fictions
La maison des solitudes de Constance Rivière : de mère en fille…

La maison des solitudes de Constance Rivière : de mère en fille…

04 août 2021 | PAR Yaël Hirsch

Après un premier roman remarqué, Une fille sans histoire, Constance Rivière publie chez Stock, en cette rentrée littéraire 2021, La maison des solitudes. Une enquête familiale douloureuse. 

Au chevet de la grand-mère

L’héroïne est prévenue par sa mère : sa grand-mère est hospitalisée en état de faiblesse respiratoire avancée en plein covid. Elle se précipite, insiste pour rester à l’hôpital sans pouvoir voir sa grand-mère et se remémore l’installation de cette dernière dans sa vieille maison de famille, les étés passés avec elle, mais aussi la rupture de relation entre sa mère et sa grand-mère quand elle avait sept ans. Les flash-backs et l’enquête livreront les secrets de cette chaîne d’amour interrompue. 

Les secrets du passé

Aux interstices de l’inquiétude et du silence conjugués au présent se glissent les réminiscences venues du passé. La maison des solitudes est l’histoire d’une chaîne d’amour interrompue où l’être manquant apparaît entre les lignes écrites à l’époque, comme un fantôme. Un livre familial et dramatique. 

Constance Rivière, La maison des solitudes, Stock, 234 pages, Sortie le 25/08/2021, 19, 50 euros. 

Visuel : couverture du livre

 

Basculer, de Florian Forestier : un premier roman dans les couloirs d’un pouvoir chancelant
Tom Bishop et Sylvère Lotringer par Donatien Grau aux éditions Diaphanes
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture