Fictions
« Bain de Lune » de Yanick Lahens, un prix femina des plus mérités

« Bain de Lune » de Yanick Lahens, un prix femina des plus mérités

03 novembre 2014 | PAR Géraldine Bretault

À l’heure où nous publions ces lignes, Yanick Lahens savoure sans doute le prix Femina remporté par son magnifique roman Bain de lune. Une récompense méritée, pour cette grande écrivaine haïtienne d’expression française.

[rating=5]

téléchargement

Dès les premiers paragraphes à l’italique, retraçant les pensées antérieures d’une héroïne se mourant, la langue puissante de Yanick Lahens s’impose à nous et nous embarque avec elle. Une langue fleurie de nombreux termes créoles qu’un lexique en fin d’ouvrage nous permet d’interpréter. Une généalogie complète des Lafleur et des Mésidor, dont le destin est mêlé depuis des générations, nous aide aussi à démêler les écheveaux d’une histoire aussi opaque que les sentiments qui animent les personnages.

Telle est la force de l’écriture de Lahens : parvenir à nous faire éprouver la culture, la beauté et la noirceur du destin d’Haïti, par le truchement d’une langue affûtée pour décrire les pulsions humaines, de violence comme d’amour. Le récit est aussi éprouvant pour le lecteur que pour l’héroïne mourante, dont il apparaît vite que le dénouement sera aussi le temps de son dernier soupir.

« Je ne cours pas au-devant de la mort, Rassurez-vous. Je ne suis pas un adepte du mlaheur. Je pars tout simplement comme tant d’autres, comme le Che dont vous avez certainement entendu parler, à la recherche d’une étoile qui n’est pas aux antipodes de la riason, mais qui est la raison même. » p. 163

Bain de lune, Yanick Lahens, Sabine Wespieser éditeur, 262 pages, 20€.

Mort de l’écrivain et journaliste Pierre Daix
Fin des accusations pour les créateurs de Dolce & Gabbana
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, créatrice et traductrice de contenus culturels. Elle a notamment collaboré avec des institutions culturelles (ICOM, INHA), des musées et des revues d'art et de design. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France, elle a obtenu la certification de l'Ecole de Traduction Littéraire en 2020. Géraldine a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, dans les rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle a travaillé en tant que docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art. www.slowculture.fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture