Essais
Philippe Dufay, Georges Bernanos

Philippe Dufay, Georges Bernanos

17 novembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Grand reporter au « Quotidien de Paris », puis au « Figaro Magazine » et à « Madame Figaro », Philippe Dufay est l’auteur de deux biographies sur Jean Giraudoux (Prix Printemps de la biographie, 1994) et sur Jean d’Ormesson. Il vient de publier une biographie sur Georges Bernanos, récemment parue chez Perrin.

[rating=4]

bernanos dufayLA VIE DE GEORGES BERNANOS, UN VÉRITABLE ROMAN
Bagarres au quartier latin, nuits passées à la prison de la Santé, vie dans les tranchées de la Grande Guerre, accidents de moto, périple sur les traces des missions jésuites au Paraguay, la vie de Georges Bernanos est un vrai roman. Il fut marqué par le destin, il passa toute sa jeunesse prés d’Azincourt (terrible défaite des Français contre les Anglais, pendant la guerre de Cent Ans).

MILITANT ROYALISTE, JOURNALISTE PASSIONNE ET DÉNONCIATEUR DE LA RÉPUBLIQUE
Militant royaliste, journaliste passionné et dénonciateur de la République, Georges Bernanos eut pour maîtres Edouard Drumont et Charles Maurras avec qui il se brouilla. Georges Bernanos ne cessa jamais de défendre ses idéaux.

ECRIVAIN DE LA RESISTANCE
En 1937, la violence de la répression franquiste en Espagne lui inspira Les grands cimetières sous la lune. En 1938, il s’exila au Brésil. Ennemi de Pétain et de sa « France potagère », qu’il traita de « vieux syndic » liquidateur de sa patrie, Bernanos n’aimait guère Hitler, mais il refusa toujours d’être étiqueté. Atypique anti-dreyfusard, salué avec émotion, par la philosophe Simone Weil, il hébergea deux jours avant sa mort Stefan Zweig, lequel était dépressif avant son suicide.

SON ŒUVRE PARLE POUR LUI
L’un de ses plus grands succès, Sous le soleil de Satan, a donné un grand film réalisé par Maurice Pialat. Le journal d’un curé de campagne fut lui aussi porté au cinéma. La force et l’originalité de son regard sur la France, sur la société de l’entre-deux-guerres et sur la montée des totalitarismes ont fait de lui l’un des plus grands écrivains de son temps. Visionnaire, il écrivit aussi La France contre les robots.

Cette biographie souligne toute l’humanité de Georges Bernanos ainsi que la force de ses engagements. Il était un homme de foi, certes royaliste, mais patriote. Ses démêlés avec Charles Maurras et Léon Daudet sont répertoriés. Son hostilité au maréchal Pétain est rappelée. Ses relations passionnées avec Charles de gaulle sont elles aussi étalées. Toute sa vie, cette de plume fut en proie à des difficultés financières et son éditeur lui servit de banquier. Georges Bernanos fut « heureux comme un poisson hors de l’eau », cet ouvrage nous le rappelle.

Philippe Dufay, Georges Bernanos, éditions Perrin, septembre 2013, 261 p., 23 euros.

La revue web de la semaine
La Haine de l’arbre n’est pas une fatalité d’Alain Baraton, Aux arbres citoyens !
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Philippe Dufay, Georges Bernanos”

Commentaire(s)

  • J’ai relevé une erreur dans votre texte, il s’agit de la répression franquiste et non française.
    Bien à vous.

    novembre 17, 2013 at 21 h 24 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *