Essais
Louis-Napoléon Panel :La Grande Guerre des gendarmes

Louis-Napoléon Panel :La Grande Guerre des gendarmes

27 octobre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Ancien officier de gendarmerie, Louis-Napoléon Panel est docteur en histoire et conservateur des monuments historiques. Il publie un ouvrage qui est issu de sa thèse de doctorat en histoire à l’université de Paris IV Sorbonne. Sa thèse a reçu, en 2011, le Prix des Experts.

[rating=3.5]

Louis-Napoléon Panel, La Grande Guerre des gendarmesLE SACRIFICE D’UN MILLIER DE GENDARMES
Il y a eu environ un millier de gendarmes victimes de la Grande Guerre et 5 000 citations récoltées par leurs corps.

LA JUSTICE MILITAIRE ET LA GENDARMERIE AUX ARMÉES
Ainsi que l’explique l’auteur, il convient de distinguer la justice militaire, dont les archives sont pour l’instant inaccessibles, et la gendarmerie aux armées, où les archives sont accessibles depuis quarante ans.

LA GUERRE DE POSITION TROUBLE L’IMAGE DU GENDARME
Historiquement, il y a eu une promotion du statut du gendarme, lequel gagnait alors sensiblement en qualification et en indépendance, en se rapprochant des juridictions. Toutefois, selon l’auteur, cela constituait un danger certain pour les institutions de la IIIe République.

LES EMBUSQUES
Pour certains, les gendarmes ou encore « cognes » étaient peu présents sur le front, sauf en zone occupée. On a donc vu leur légitimité se déprécier et on a pu parler de « police des débineurs »…

A partir de 1917, il y a eu des crises d’indiscipline dans l’armée, à la suite des échecs des offensives de la même année. Il y a notamment eu la mutinerie du corps expéditionnaire russe en France, initialement basé au camp militaire de Mailly. Ce corps expéditionnaire russe a été transféré dans la Creuse, à La Courtine, où il a été pris d’assaut par l’armée et la gendarmerie.

LA GUERRE ET SES CONSÉQUENCES
La Première Guerre mondiale a modifié l’organisation de la gendarmerie et a accentué son autonomie par rapport à l’armée. C’est Clémenceau qui l’a modernisée. A la fin de la guerre, la gendarmerie était très impopulaire auprès de la population.

Le rôle de la gendarmerie était très controversé. Toutefois, la gendarmerie avait un rôle protecteur et fondamental. Si la mobilisation s’est bien déroulée, c’était grâce aux gendarmes. Les missions de l’intérieur que la gendarmerie exécutait étaient indispensables pour le monde militaire et civil.

Cet ouvrage réalisé par un universitaire est très complet. Il permet de découvrir un aspect souvent méconnu de la Grande Guerre avec une rigueur incontestablement scientifique.

Louis-Napoléon Panel, La Grande Guerre des gendarmes, éditions du Nouveau Monde, juin 2013, 611 p., 26 euros.

Les livres de jeu vidéo l’expo
Quand Xavier Darcos écrit sur Oscar Wilde
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

One thought on “Louis-Napoléon Panel :La Grande Guerre des gendarmes”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *