Essais
[Live report] Le Prix Edgar Faure à la biographie de Manuel Valls

[Live report] Le Prix Edgar Faure à la biographie de Manuel Valls

17 octobre 2013 | PAR Franck Jacquet

Le prix 2013 de littérature politique a été remis à Jacques Hennen et Gilles Verdez pour leur biographie de Manuel Valls, un timing médiatique parfait alors que l’affaire Léonarda bat son plein…

le coup montéUn prix conservatoire ? On le sait bien, la littérature politique se porte mal. Si quelques ouvrages au titre accrocheur marquent sporadiquement les classements des meilleures ventes, les tirages déclinent irrémédiablement au rythme du désintérêt des Français pour la chose politique ainsi que pour les essais sur le et la politique ou plus généralement les sciences sociales. L’association Edgar Faure, présidée par le petit-fils du Président du Conseil, Rodolphe Oppenheimer, s’est assignée parmi ses missions de décerner chaque année depuis 7 ans maintenant un prix mettant en valeur la littérature politique. Belle tâche et vœu partiellement pieu… mais qui met en avant plusieurs titres le plus souvent méritoires et qui ne se réduit pas qu’à une sociabilité de prix.

Reste que le prix attire de plus en plus chaque année : cette année, parmi le jury ont été remarqués Isabelle Debré et George Pau Langevin. François Baroin, lui aussi membre, est venu animer une partie de la cérémonie de remise des prix dans le très glacial (oppressant ?) hémicycle du Conseil économique, social et environnemental. On ne manquera pas de rappeler l’ironie d’un prix au patronyme radical remis par des gaullistes ou néogaullistes, particulièrement présents dans l’auditoire.

Le diable réside pourtant surtout dans la sélection. La littérature politique fut une grande veine de la production française et une manifestation particulièrement évidente de cette passion politique que Michel Vovelle avait étudiée. Elle donna de grands noms et de grands titres. Le genre est désormais éclaté entre d’une part les essais relevant des sciences sociales et humaines, voire de la philosophie politique, et d’autre part les ouvrages de circonstance ou d’actualité qui passent bien rapidement sur les têtes de gondoles des librairies et dont la variété est elle-même très grande (biographies, livre actu, enquêtes, reportages, pamphlets…). Effacés de l’écran radar depuis les années 1980, les débats institutionnels sont renvoyés dans les cercles confidentiels de constitutionnalistes. Au final, il paraît difficile de pouvoir choisir parmi des genres si différents. Surtout, la qualité d’écriture décline… Quoiqu’il en soit, la sélection, prise dans cet air du temps, peut être saluée comme éclectique ou taxée d’éclatement.

Une biographie « autorisée »

manuel valls livreÉtait donc en compétition notamment l’un des remarqués essais de l’année passée sur la société française, Le mystère français d’Hervé Le Bras et d’Emmanuel Todd que l’on recommandera vivement pour comprendre les grandes évolutions démographiques et sociales de ces dernières décennies, posant ainsi le cadre pour les affrontements politiciens dont traite la majeure partie des sélectionnés. A l’inverse, on passera très vite sur les ouvrages de circonstances que sont Le roman de la promotion Voltaire de M. Leprince ou encore Les amazones de la République, sexe et journalistes à l’Elysée (tout est dans le titre). L’économie politique était représentée par Michel Aglietta et Thomas Brand pour Un New Deal pour l’Europe, dont le contrat d’une feuille de route pour une sortie de crise continentale et une reconstruction structurelle n’est pas rempli. La qualité aura donc été bien inégale parmi les dix sélectionnés.

Le premier livre récompensé est un ouvrage d’actualité de qualité, Le coup Monté de Carole Barjon et Bruno Jeudy, journalistes très présents sur les plateaux télévisions et œuvrant dans la presse hebdomadaire. Ils livrent un récit documenté et assez complet sur la crise – passion qui eut lieu lors de l’élection à la Présidence de l’UMP, montrant que derrière les affrontements entre copéistes et fillonistes se cachait en réalité la lutte entre Sarkozy et son ancien Premier Ministre. Les deux auteurs lient le très court terme avec les enjeux de fond pour le leadership du parti de droite et c’est bien là l’intérêt, car dans la coulisse on distingue assez rapidement l’action des éminences grises qui portent en elles les vraies conséquences (négatives) durables de l’affaire. C’est un peu un retour à un lieu commun (dans le sens positif du terme) de cette littérature politique classique qu’on oublie progressivement. Le livre repart avec le nouveau prix des internautes.

Le gagnant représente un autre pan du genre politique, la biographie. Gilles Verdez (oui, le chroniqueur de Cyril Hanouna !) et Jacques Hennen remportent le prix Edgar Faure 2013 grâce à Manuel Valls, les secrets d’un destin aux Editions du moment. On peut être dubitatif… La démarche est expliquée à la tribune par Gilles Verdez : une biographie autorisée est un consentement commun qui peut procéder par rapport de forces pour pouvoir ouvrir toutes les portes mais qui cherche surtout à avancer par la mise en proximité de l’objet et du rédacteur. C’est un choix assumé. On a donc feuilleté le gagnant. Verdict : si les révélations sont éventées depuis longtemps et sans doute préparées (la toxicomanie de la sœur du Ministre est ainsi largement connue) et si la facture générale peut parfois rappeler un numéro de Gala, il n’en demeure pas moins que les deux journalistes ont mené une véritable enquête sur l’enfance de Manuel Valls et sur ce qui peut expliquer cette orientation si controversée au sein de la gauche. On ne peut pas attendre tout d’une biographie du vivant du protagoniste, mais celle-ci fournit  bel et bien de la matière.

– Prix Edgar Faure 2013 : Gilles Verdez, Jacques Hennen. Manuel Valls, les secrets d’un destin. Paris : Editions du moment, 2013, 279 p. ISBN-10: 2354172168 – ISBN-13: 978-2354172169, 19,95 euros.

– Prix des internautes 2013 : Bruno Jeudy, Carole Barjon. Le coup monté. Paris : Plon, 2013, 209 p. ISBN-10: 2259221297 – ISBN-13: 978-2259221290 – 14 euros.

visuels : couvertures des livres lauréats

[Live report] Gidon Kremer et le Russian National Orchestra, de l’envoûtement de Sibelius à l’obscure clarté de Rachmaninov
Réédition de 9 semaines 1/2 de Elizabeth McNeill
Franck Jacquet
Diplômé de Sciences Po et de l'ESCP - Enseigne en classes préparatoires publiques et privées et en école de commerce - Chercheur en théorie politique et en histoire, esthétique, notamment sur les nationalismes - Publie dans des revues scientifiques ou grand public (On the Field...), rédactions en ligne (Le nouveau cénacle...) - Se demande ce qu'il y après la Recherche (du temps perdu...)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *