Essais
Les nettoyeurs : une enquête dans les bas-fonds par David Defendi,

Les nettoyeurs : une enquête dans les bas-fonds par David Defendi,

15 septembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Né dans le giron des services secrets, David Defendi a écrit L’arme à gauche, ouvrage dans lequel il retrace les aventures à la DST de son père après mai 1968, puis Braquo avec Olivier Marchal, une série de Canal + qui a été récompensée d’un Emmy Award en 2012. Il vient de publier Les nettoyeurs, une enquête sur les truands et les espions au service de la France, récemment paru chez Fayard.

[rating=4]

les nettoyeursL’HISTOIRE DE FRANCE VUE PAR LES HOMMES DE L’OMBRE
L’histoire officielle, c’est une chose ; la vérité, c’est nécessairement autre chose… Cette dernière comporte en effet nombre d’hommes de main, de sbires et de nettoyeurs. Il y a également des militaires et des voyous, des tueurs à gage, des résistants, des tortionnaires. Après 1945, explique l’auteur, toutes les attitudes guerrières (sabotages, provocations, assassinats, tortures) ne se sont pas arrêtées comme par magie, loin s’en faut.

LES HUIT PÉCHÉS CAPITAUX
A travers huit chapitres, David Defendi revient sur les méthodes illégales qui ont permis à la République française de lutter contre ses ennemis. Il y a d’abord eu la torture pendant la Deuxième Guerre mondiale, puis le trafic de drogue, qui a donné naissance à la French Connection durant les années 1950, l’assassinat, le vol, la prostitution, le recrutement de voyous, l’infiltration du terrorisme, la corruption et le financement illégal des partis démocratiques. L’auteur choisit de terminer l’histoire dans un paradis fiscal (Saint Martin) ou quelques- uns de nos politiciens et hauts fonctionnaires ont frayé avec la Cosa nostra et la mafia turque au début des années 1990.

L’APPRENTISSAGE DE LA TORTURE PENDANT LA GUERRE
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il existait en zone libre une organisation de clandestins dilués dans l’administration française, lesquels étaient directement liés aux services secrets anglais depuis les premiers jours de la défaite. Des Résistants, rappelle David Defendi, ont lutté contre les Allemands avec une férocité et une cruauté telles que certains gestapistes font figure d’amateurs un peu naïfs…

UNE RÉHABILITATION DE L’HISTOIRE PARALLÈLE ?
Selon David Defendi, la France a eu besoin des ripoux, des barbouzes, des voyous, des trafiquants d’armes et de drogues pour reconstruire et défendre la démocratie. Dans cet ouvrage, l’auteur veut défendre nos présidents et ministres en se faisant l’avocat de leurs méthodes parfois aux limites de l’horreur.

David Defendi a utilisé la forme du docu-fiction pour nous informer de tout cela. L’auteur veut mettre en valeur ceux qui « travaillent » à l’ombre de la République. L’histoire de France telle qu’elle apparaît dans cet ouvrage fait l’objet d’une lecture propre à David Defendi. Il appartient donc à chaque honnête homme de se faire sa propre idée.

A cet égard, l’auteur recommande toutefois de ne pas avoir de raisonnement manichéen. Il convient aussi de distinguer clairement l’instigateur de celui qui agit concrètement sur le terrain. Comme pour la définition de l’infraction en matière pénale, il existe nécessairement des éléments matériels et intellectuels. Pour ce qui est de la vérité historique, il y a bien sûr matière à relativiser. Ce qui importe le plus, c’est l’idée générale de cet opuscule.

David Defendi, « Les nettoyeurs », Fayard, août 2013, 180 p., 15 euros.

Le Rameau épistolaire de Diderot sur les planches du Ranelagh
Frédéric Chauviré, Histoire de la cavalerie
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture