Essais
La France en guerre, de Rudyard Kipling

La France en guerre, de Rudyard Kipling

09 février 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Le célèbre Rudyard Kipling, premier lauréat anglophone du prix Nobel de littérature (30 décembre 1865 Bombay 18 JANVIER 1936 Londres), publie la France en guerre.

[rating=4]

kipling- la france en guerreWAR PROPAGANDA BUREAU
«Si quelqu’un veut savoir pourquoi nous sommes morts, dites-leur parce que nos pères ont menti»
Cette phrase écrite en 1918 par Rudyard Kipling résume son écrasante culpabilité.
Son fils unique John ,18 ans a été porté disparu en septembre 1915 devant Loos en Artois.
Le prix Nobel de littérature fervent patriote l’avait poussé à s’engager malgré, sa myopie
Kipling, sait aussi, que ses écrits, ont incité de nombreux jeunes, à s’engager et à connaitre les horreurs de la guerre.
Comme de nombreux écrivains britanniques parmi lesquels sir Arthur Conan Doyle, H.G Wells a rejoint le war propaganda bureau, chargé de manipuler l’opinion et de pousser l’Amérique à entrer en guerre.

CONNU DE DIEU SEUL
Le corps du fils de Kipling ne sera retrouvé qu’en 1992.
Pendant des années, Kipling le cherche sans succès et il concocte cette simple et singulière dédicace pour les inconnus « connu de dieu seul».

LA FRANCE EN GUERRE
En 1915, il écrit la France en guerre, où il donne un aperçu de son génie : « France, bien aimée de toute âme qui aime son prochain ».
Kipling partage le quotidien de tous les soldats français et assiste au déchainement de l’artillerie « la fumée s’évanouit dans ce morceau de tranchée, comme l’écume d’une vague meurt dans l’angle des murs d’un port ».
Il assume sa haine des « boches » entre deux descriptions de tranchée « nous avons affaire à des animaux ».
La visite de la cathédrale de Reims bombardée, le bouleverse.
Cette publication des éditions belles lettres, traduit par Laurent Bury professeur de littérature anglaise à l’université de Lyon II est une réussite.
On retrouve l’atmosphère de cette époque.
Le chagrin de cet homme qui a perdu son fils, bouleverse.
Et comble du malheur, il ne retrouvera jamais de son vivant son corps.
Un ouvrage lyrique à lire bien entendu du contexte de l’époque.

Rudyard Kipling, La France en guerre, Février 2014, Editions Belles Lettres, 86 pages, 12,90 euros.

[CRITIQUE] « Jack et la mécanique du cœur » Conte musical, romantique et animé passionnément Dionysien
La revue de web de la semaine
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture