Essais

« La déconnexion des élites », par Laurence Belot

« La déconnexion des élites », par Laurence Belot

13 avril 2015 | PAR Jean-Paul Fourmont

Laure Belot, journaliste au Monde, publie un essai sur l’évolution du monde, à cause de l’expansion d’internet.

[rating=4]

deconnexion arenesLA POUSSÉE DU NUMÉRIQUE
Réseaux sociaux, pétitions mondiales, financement entre particuliers,
les citoyens se sont emparés du numérique.
Une élite classique est marginalisée, une autre émerge et prend la main.
Un iPhone est plus puissant que l’ordinateur de la fusée d’Apollo en 1970.
Trente-cinq millions de Français ont utilisé le site le bon coin
Les plus grandes fortunes sont les fondateurs de Microsoft, ou de Facebook.
Aujourd’hui, un titre boursier change de mains, en moyenne toutes les vingt-cinq secondes.
En 2008 c’était tous les deux mois.

LES INTERMÉDIAIRES CLASSIQUES SONT BOUSCULÉES
Cette nouvelle société est déjà la nôtre, les citoyens s’informent, et des secteurs économiques sont bousculés.
Les élites sont dépassées et restent sur le bord de la route.
Des nouveaux usages sont en train de balayer les habitudes et les normes.
Le pouvoir a changé de mains.
Internet a contrecarré l’ordre établi.

ABSENCE DE COMPÉTENCE NUMÉRIQUE
L’absence de compétence numérique, équivaut à de l’illettrisme, a déclaré la vice-présidente de la commission européenne Neelie Kroes.

« Cette élite parisienne unidimensionnelle manque de diversité, manque aussi de capteurs pour saisir ce qui se passe ».
Dominique Rousseau Professeur de Droit Constitutionnel.

« Google est le lieu de concentration de pouvoir le plus considérable du moment «
Cédric Villani, Mathématicien.

À LA RECHERCHE D’UN NOUVEAU DROIT
Il ne faut pas défendre un cyber-optimiste béat.
Comme l’a dit, le Professeur Rousseau, il faut réorganiser la politique et la citoyenneté en dehors du cadre strictement étatique.
Il faut imaginer une mise en ordre, qui ne soit pas, un corset.
Il faut revisiter la maxime de Spinoza « ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre ».
Le philosophe nous demandait de mettre entre parenthèses nos émotions.
Une révolution culturelle est nécessaire.
TROUVER LA BONNE DISTANCE
Trouver la bonne distance est au cœur de l’exercice du pouvoir.
Plutarque, dans « Sa vie de Périclès », dresse le portrait du chef en démocratie : il doit savoir aller au contact du peuple, se mettre en situation d’être insulté sans jamais répliquer.
C’est un dosage entre art du retrait et engagement dans la cité note le médiéviste Patrick Boucheron.

La discussion de la nouvelle loi sur le terrorisme, illustre cette déconnexion.
Il y a un consensus politique, pour qu’internet soit censuré, et que les libertés publiques soient restreintes, sans contrôle du juge (garant habituel des libertés publiques).
Seule la société civile s’y oppose, comme le Bâtonnier de Paris, par exemple.
Il faut démocratiser le personnel politique, à gauche tous les dirigeants viennent de l’ENA ou des satellites du parti socialiste, comme l’UNEF ou SOS racisme.
Ces hommes et ces femmes d’appareil, n’ont jamais été confrontés aux réalités de la vie civile, et n’ont jamais travaillé.
Un essai très stimulant, et d’actualité. Fondamental

Laure Belot , La déconnexion des élites, éditions les arènes, janvier 2015,230 pages, 20 euros
visuel : couverture du livre

Alberto Biasi, alchimiste du mouvement, à la galerie Tornabuoni à Paris
Le 15ème festival du cinéma israélien de Paris ouvre sur une « Fin de partie » qui fait le pied de nez à la mort
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *