Essais
« Insoumise » : Delphine Batho, l’ancienne porte parole critique le gouvernement Hollande

« Insoumise » : Delphine Batho, l’ancienne porte parole critique le gouvernement Hollande

17 octobre 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Delphine Batho ancienne ministre de l’écologie et porte – parole de François Hollande, évincée du gouvernement socialiste en juillet 2013 publie un réquisitoire contre le gouvernement socialiste.
[rating=4]

delphine bathoUNE EVICTION
Pendant 1 an ,1mois et 17 jours, Delphine Batho a été ministre de François Hollande avant d’être brutalement limogée.
Avant tous les « frondeurs » en vogue, elle a eu l’audace de dénoncer une politique qui selon elle, n’annonçait qu’échecs et désillusions.
Observatrice et actrice du fonctionnement de l’état, elle livre ici un récit inédit, vif, saisissant, de son expérience de ministre.
Plus gravement, elle déplore les pratiques d’une république dont l’énarchie et la bureaucratie ont perverti les mécanismes.
Et surtout, elle décrit avec lucidité comment, au sommet de l’état règne ouvertement une navrante connivence avec les lobbies et les puissances financières que la gauche était censée combattre.

QUI T’A MIS CELA DANS LA TETE ?
Delphine Batho raconte son éviction avec beaucoup de détails :
Le premier ministre la sermonne comme une enfant « Qui t’a mis cela dans la tête » ?
François Hollande lui rappelle que c’est lui qui a été élu, et non elle.
Il lui dit « c’est moi »…, comme un enfant.

LE GAZ DE SCHISTE
Dès son arrivée au gouvernement, Montebourg cherche à lui imposer un rapport de force pour ce qui concerne le gaz de schiste.
Il fait beaucoup de lobbying et estime que c’est le nouvel eldorado.

LE DINER DE CONS
Jusqu’à maintenant, tout le monde croyait que l’homme le plus important de l’exécutif c’est le premier ministre.
Maintenant, il semble que ce soit le PDG de total Christophe de Margerie qui lors d’un repas à Matignon arrive avec plus d’une heure de retard et dès qu’il arrive prend le contrôle du repas, sans que le premier ministre ne réagisse.
Delphine Batho, parle « de dîner de cons ».

On apprend d’autres secrets comme le « fichage « par l’équipe de communication du premier ministre, des » positions des journalistes » sur le dossier du nouvel aéroport de Nantes ( Notre Dame des Landes », c’est pour le moins surprenant.
Et également que dans les cabinets ministériels, ce n’est pas le ministre mais le directeur de cabinet qui se sert de la machine à signer (reproduction de la signature du ministre) de façon abusive, qui est le plus important.
Que le mari de Sylvie Hubac (directrice de cabinet du président), Philippe Crouzet PDG de Vallourec avait indiqué lors d’un voyage aux USA (30 juin 2013) que Delphine Batho était « en sursis » et serait évincée.
Les groupes intérêts, avaient eu gain de cause.
Qu’Emmanuel Macron se voit comme un futur président de la république.
Delphine Batho dresse un sévère réquisitoire contre le président socialiste.
Cependant, elle est dans l’appareil du parti socialiste depuis tellement longtemps qu’on peut s’étonner de sa candeur.
Ses louanges sur Mitterrand montrent une certaine naïveté.
Comme si tout était forcément mieux avant.
Le manque d’expérience de cette ministre qui a peu fréquenté le monde du travail explique peut être son innocence.

Delphine Batho, Insoumise, éditions Grasset, octobre 2014, 263 pages, 18 euros.
visuel : couverture du livre

[16+] Nozokiana tome 6 : bas les masques
[Londres] Sigmar Polke, portrait d’un artiste en recherche à la Tate Modern
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture