Essais

Francis Aylis retrace les parcours de trois convertis

Francis Aylis retrace les parcours de trois convertis

19 juin 2013 | PAR Yaël Hirsch

Prêtre engagé, Francis Aylis met en parallèle trois trajectoires spirituelles qui passent par l’Italie du 20ème siècle. Mais des trois, seul Israël Zoller, Grand rabbin de Rome converti après la Seconde Guerre mondiale, se dirige vers le Christ. Issu d’un milieu agricole des Pouilles Donato Manduzo se découvre juif et entraîne avec lui toute une communauté à Sannicandro. La troisième autre figure n’est autre que Benito Mussolini, converti à la guerre. Trois trajectoires intéressantes dans un livre très habité.

les convertisIsraël Anton Zoller est né dans une famille juive en Galicie que les mouvements de frontières ruinent. Dans ses mémoires « Avant l’aube », il fait remonter l’origine de sa foi à ses 12 ans, mais dans son milieu, il poursuit en Autriche des études de philosophie des religions puis rabbiniques. La ville autrichienne de Trieste devenant italienne, il devient italien, le répercute dans son nom Zolli et devient vice Grand -rabbin de la ville. Nommé Grand rabbin de Rome et recteur du collège rabbinique en 1940, il s’active pour sauver des membres de sa communauté. Juste après la Libération, le jour de Yom Kippour, en octobre 1944, Zolli dit avoir eu une révélation mystique. Créant un tollé, il renonce à ses fonctions, se convertit et continue néanmoins à écrire des essais religieux qui lient Ancien et Nouveau Testament.

Issu d’une communauté d’ouvriers agricoles très pauvres de Pouilles, Donato Manduzo n’a jamais rencontré un juif de sa vie quand des missionnaires protestant le mettent en contact avec l’Ancien testament. Dès lors, alors qu’on est à la fin des années 1930 et que les juifs sont traqués partout en Europe, et même en Italie où ils sont discriminés à partir de 1939, ce chef spirituel qui draine une cinquantaine de familles dans sa quête spirituelle écrit au Grand Rabbin de Rome pour lui demander la conversion. Ce dernier croit d’abord à une blague, puis doit se rendre à l’évidence. Une grand figure du Sionisme vient voir Manduzo, immobilisé par ses blessures de la première Guerre et la communauté de convertis de Sannicandro est convertie et part pour Israël après la Guerre.

A ces deux trajectoires spirituelles hors du commun, Francis Aylis adjoint celle de Benito Mussolini, passé d’un pacifisme socialiste et de libres mœurs en concubinage avec une maîtresse juive vers le culte de la violence et le concordat avec l’Eglise… Il fait aussi quelques détours par Constantin ou notre actuel pape François pour suggérer en pointillés que religion et politique ont toujours eu des liens forts. Son essai refuse l’érudition universitaire et préfère la narration de vies passionnantes, pour Manduzo et Zoller, aucun problème ! c’est même tout à fait passionnant. Mais ce « liant » mussolinien est assez problématique : prônant un catholicisme « ouvert », une religion qui va vers « un gain de vie », versé dans la lecture des écritures (surtout les épîtres Saint-Paul) le prêtre a tendance à refuser de penser les sujets les plus épineux du cœur de son sujet (le rôle de Pie XII face à la destruction des juifs d’Italie en particulier et d’Europe en général, la question du prosélytisme catholique à l’égard des juifs jusqu’à Vatican II…) et à donner de jolies leçons de morale, un peu trop vagues pour pourvoir être communiquées par écrit à d’autres que lui-même.

Un ouvrage intéressant, donc où l’on découvrira deux jolis personnages de croyants, mais où une partie des considérations de l’auteur pourront crisper certains lecteurs.

Francis Aylis, « Les convertis », JC Lattès, 290 pages, 18 euros. Mai 2013.

Vive la Malbouffe, à bas le bio !, un livre hilarant + de santé publique
[Live-Report] Alka aux Trois Baudets
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *