Livres

Les auteurs en France : une situation toujours précaire

Les auteurs en France : une situation toujours précaire

17 avril 2018 | PAR Claudia Lebon

Une nouvelle étude, publiée cette année par la Société civile des auteurs multimédia et la Société des gens de lettres, révèle l’absence d’évolution de la situation économique des auteurs en France.

barometre18

Avec plus de 23 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le livre est la première industrie culturelle d’Europe. La réalité économique des auteurs reste cependant peu étincelante. Selon les chiffres, publiés quelques jours avant l’ouverture du Salon du Livre de Paris, 44% d’entre eux estiment que leur situation matérielle s’est empirée ces deux dernières années.

« Un monde perfectible », c’est le nom donné à ce 7ème « Baromètre des relations auteurs / éditeurs ». Le constat n’est pas nouveau, les auteurs ne peuvent vivre de leur plume. Cette étude réalisée auprès de 1200 auteurs révèle que deux tiers d’entre eux exercent des activités parallèles pour pouvoir subvenir à leurs besoins et un quart ne perçoit aucun à-valoir sur leur livre. 34% d’entre eux reçoivent un à-valoir inférieur à 1500 euros et 36.7% obtiennent un montant situé entre 1500 et 3000 euros. Les chiffres sont aussi peu glorieux pour les droits d’auteur. Le taux moyen s’élève à 7.2% du prix du livre. Pour l’exploitation numérique, il se hausse à 11,1%.

Les chiffres dévoilent également les inégalités existant entre les différents secteurs. Les romanciers sont les mieux lotis avec un taux moyen de rémunération à 10%. En bas de l’échelle, les auteurs jeunesse, avec une moyenne de 5.2%.

La relation avec les éditeurs est aussi une préoccupation. Seuls 40% des auteurs déclarent avoir des relations satisfaisantes avec leurs éditeurs. Les 60% restants qualifient ces relations d’insatisfaisantes voire conflictuelles. Les points de mésentente concernent la clarté des contrats et des comptes, la promotion des livres et la transparence vis-à-vis de l’exploitation de leurs œuvres.

Ces données font suite à celles publiées par le ministère de la Culture en décembre 2016 dans un rapport intitulé  La situation économique et sociale des auteurs du livre,  issu d’une série d’enquêtes auxquelles ont répondu plus de 3000 auteurs. Ces derniers se sont exprimés sur la frustration résultant de « la tension entre la passion investie dans leurs activités d’auteur et les rémunérations jugées insuffisantes ». Cette étude rapporte également des paroles d’auteurs qui révèlent leurs préoccupations concernant l’avenir, la retraite, les prêts bancaires, l’accès au logement…

« L’avenir me terrifie, ma situation économique est devenue invivable. » enquête Affiliés, F, 50/64 ans, auteure de textes, domaine éditorial : poésie.
« Évolution très aléatoire des revenus et très imprévisible. (…) Quel banquier me ferait un prêt avec ça ? » enquête Affiliés, F, 35/49 ans, traductrice, auteure de textes, domaine éditorial : roman

« C’est une tendance lourde qui était déjà présente lors des derniers baromètres », rappelle l’étude de la SCAM et la SGL. Peut-on espérer une amélioration dans les années à venir ? Au regard de la précarisation générale du monde de la culture et du savoir en France _soulignée en 2011 par les essayistes Anne et Marine Rambach dans leur ouvrage Les nouveaux intellos précaires_ des réponses du gouvernement sont attendues.

Visuel © Rapport officiel de la Société civile des auteurs multimédia

« Les Curieuses » n’ont peut-être pas un si vilain défaut, ou si Barbe Bleue m’était conté avec un gant Mappa
Twitter lutte contre le terrorisme en supprimant des comptes faisant « l’apologie du terrorisme »
Claudia Lebon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *