Livres
American clichés de Sophie Simon

American clichés de Sophie Simon

09 avril 2011 | PAR Anais Tridon

Sophie Simon fait une entrée remarquable dans la littérature avec ce premier recueil de nouvelles, American clichés, publié chez JC Lattès, qui a pour toile de fond, l’incontournable mythe du rêve américain…

L’auteure n’a aucun lien avec les États-Unis. Elle y a effectué de brefs séjours. Elle ne lit pas le New York Times, n’est pas spécialiste de la politique d’Obama et serait incapable de citer le dernier blockbuster américain. Bref l’Amérique ne l’obsède pas. Mais quand elle écrit, elle est américaine.

« Howard est un chanteur d’opéra dont le talent incroyable est davantage reconnu par son chien que par  sa femme. Debby, starlette séduisante se cherche un mari parmi ses amis homosexuels. Peter rêve d’Hollywood quand son père le destine à la ferme… Mais on est en Amérique, et rien n’est jamais noir, rien n’est jamais perdu (…) »

Ce recueil de nouvelles tendres retrace la vie de ces héros américains, que l’on a tous déjà croisés au cinéma ou dans les livres. Comme le titre de l’ouvrage le présageait, il s’agissait, à travers ces écrits, de partager une vision remplie de clichés, véhiculés par Hollywood depuis une soixantaine d’années.

Le livre nous propose des destins croisés, des toiles de vie à des époques différentes, aux quatre coins des USA. Les personnages à la fois attachants et émouvants, sont tous confrontés à un mal être et se retrouvent  à un moment crucial de leur vie, là où quelque chose devrait changer la donne… Ils  n’ont rien en commun si ce n’est cet espoir qui les anime et une vie qui ne leur convient pas vraiment. Chaque nouvelle, unique en son genre, est la  représentation d’une réalité amère, parfois triste, propice au rêve d’un avenir meilleur.

C’est donc avec une certaine sensibilité que Sophie Simon dépeint la réalité morose et terne de ces êtres aux personnalités distinctes. Elle réussit, de manière très subtile à créer un suspense dans ses nouvelles et amène avec délicatesse, le dénouement, presque déjà présent dans l’esprit du lecteur. Elle explique, en parlant d’American clichés, que  » ce concept du bonheur à tout prix et ce cadre enchanteur sont pour [elle] les points de départ idéaux d’une bonne histoire et les prémisses parfaites d’un désenchantement certain. »

A lire absolument.

Luc Bondy nommé directeur du théâtre de l’Odéon
Projet culturel: création d’un Centre National de Musique
Anais Tridon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture