Concours
Gagnez 5×2 places pour le film « Mister Babadook » de Jennifer Kent

Gagnez 5×2 places pour le film « Mister Babadook » de Jennifer Kent

25 juillet 2014 | PAR La Rédaction

Grâce à Toute La Culture, gagnez vos places pour le film Mister Babadook de Jennifer Kent (sortie le 30 juillet) !

Synopsis et détails

Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu’elle n’arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé ‘Mister Babadook’ se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le ‘Babadook’ est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations…

Date de sortie 30 juillet 2014 (1h34min)
Réalisé par Jennifer Kent
Distribution Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall
Genre Epouvante, horreur
Nationalité Australien

« Et puis, un autre film a fait sensation àGérardmer. Il a raflé le Prix du jury, le Prix de la critique, le Prix du public et le Prix du jury Jeunes du Conseil régional de Lorraine, composé de lycéens. Son nom : The Babadook. L’histoire d’un livre mystérieux, aux images effrayantes, qui apparaît dans la bibliothèque d’un enfant. Lui et sa mère vont dès lors se trouver, du fait de sa lecture, confrontés à une force surnaturelle qui n’est autre que le « Mister Babadook » du livre. « Pas très neuf », nous direz-vous ? « Australien », on vous répondra. Ce film de Jennifer Kent a l’air, d’une part, de vouloir retrouver l’atmosphère du cinéma fantastique australien, façon Peter Weir –Pique-nique à Hanging Rock (1975), La Dernière Vague (1977)- très proche de la nature, mais en même temps connecté aux codes d’aujourd’hui. Apte à réveiller nos peurs vis-à-vis des contes de notre jeunesse… D’autre part, la vision de la bande-annonce met l’eau à la bouche : mise en scène qui semble tendue et serrée, décor de maison oppressante, suggestion… Un nouveau monstre de cinéma va-t-il naître, et d’inévitables suites se profiler ? »

Notre critique complète est à lire par ici.


Visuel : (c) affiche du film

[Festival d’Avignon] « Die Ehe der Maria Braun » dans la théâtralité au cordeau de Thomas Ostermeier
OPI X Coca Cola
La Rédaction
Soutenez Toute La Culture