Cinema
« Yummy » de Lars Damoiseaux : les zombies vous refont le portrait !

« Yummy » de Lars Damoiseaux : les zombies vous refont le portrait !

21 septembre 2020 | PAR Simon Théodore

Parmi les midnight movies présentés lors du premier week-end du fantastique de Strasbourg était projeté Yummy de Lars Damoiseaux. Dans ce film de zombies, le réalisateur néerlandais s’attaque au culte des apparences de manière gore et sanglante. Âmes sensibles s’abstenir…

Dans Yummy, Alison se rend dans une clinique de chirurgie esthétique en Europe de l’Est pour une réduction mammaire. Accompagnée de sa mère, fière de posséder une poitrine aussi généreuse que celle de sa fille, et de son fiancé, hypersensible et hémophobe, ils vont connaître l’horreur lorsque ce dernier libère par mégarde une fille zombifiée. Avec un tel scénario, le menu de ce long métrage horrifique est donc assez attendu. Il y aura des morts vivants, du sang et des boyaux, des jolies filles souvent dénudées et… du sang et des boyaux. Le tout soutenu par une bande originale entrainante. Bref, un certain nombre de codes attachés à ce genre de cinéma.

Cependant, quoi de mieux qu’une horde de zombies dans une clinique pour critiquer le culte des apparences ? Pour eux, la beauté extérieure n’existe pas…Si la maison isolée ou encore le supermarché sont les cadres parfaits pour ces histoires, la sinistre clinique où se déroule d’étranges expériences propose une première alternative intéressante. Les différents protagonistes se retrouvent ainsi isolés à différents endroits et devront tenter de s’échapper, usant de différents objets à leur disposition. Tout amateur de Romero sait que peu de personnages ne survit face à ces créatures affamées et prêtes à vous faire un nouveau lifting. Chacun ayant des responsabilités différentes dans le cauchemar qui leur arrive, leur sort dépend surtout de leur entente. On se plait alors à découvrir à quelle sauce ils vont être mangés, à deviner qui va s’en sortir mais, jusqu’à l’épilogue, la critique du culte des apparences reste le leitmotiv du projet… 

De la vedette incognito complexée par la taille de son sexe à Alison n’assumant pas ses mensurations face au regard des autres, tous ont un problème avec leur physique. L’un des intérêts de Yummy réside dans le fait que cette trame initiale n’est pas qu’un simple prétexte pour réaliser un film d’horreur et faire couler le sang. À de nombreuses reprises, elle est évoquée et rappelée au spectateur. Le scénario gagne alors en profondeur. Quelques comiques de répétitions prêtent au sourire mais la « légèreté » cède fatalement sa place au gore. Même si les quelques jumps scares sont attendus, il faut souligner la qualité des maquillages et des effets spéciaux. Sans aucun doute, avec le temps, les films de zombies gagnent en spectacle et en intensité.

Malgré quelques personnages convenus, ce film de Lars Damoiseaux n’est pas dénué de sens. Hypersensible, abstenez-vous, amateurs de zombies, foncez ! Yummy est un film de minuit par excellence et vous revivifiera !

Yummy de Lars Damoiseaux. Avec Maaike Neuville, Bart Hollanders et Benjamin Ramon. Genre : gore/zombies. Durée : 1h29min.

Visuel : © Affiche du film.

Week-end du fantastique de Strasbourg : l’hommage à Philippe Nahon
« Spree » de Eugene Kotlyrenko : une virée à bord d’un uber de la mort !
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *