Cinema

« The Cut » de Fatih Akin menacé de boycott en Turquie

« The Cut » de Fatih Akin menacé de boycott en Turquie

11 août 2014 | PAR Marie Boëda

Le nouveau film du réalisateur allemand d’origine turque, Fatih Akin est menacé par des ultranationalistes. « The Cut » s’attaque au génocide arménien. Au moment où Recep Tayyip Erdogan est réélu en Turquie dès le premier tour avec plus de 52% des voix, le génocide arménien est un sujet toujours aussi tabou pour une majorité de Turcs et son gouvernement.

the_cut_poster« The cut » raconte l’histoire d’un arménien séparé de sa famille, qui survit au massacre. Dès qu’il apprend qu’une partie de sa famille a survécu, il part à sa recherche. Tahar Rahim, l’acteur français du « Prophète » a le premier rôle. Le génocide n’est toujours pas reconnu par la Turquie. Il aurait fait 1,5 million de morts en 1915 selon les Arméniens. Des chiffres rejetés par les Turcs. Après une interview sur le film dans Der Spiegel début août, un magazine nationaliste turc, Ötüken, a annoncé l’appel à la censure du film qui « ne sera montré dans aucun cinéma en Turquie ».

Au départ, le film devait raconter le massacre des arméniens à travers les yeux du journaliste Hrant Dink, fondateur de l’hebdomadaire Agos, assassiné en 2007 par un ultranationaliste turc. Mais aucun acteur turc n’était prêt à tenir ce rôle. « Un scénario trop dur » et une crainte certaine d’être la cible des ultras… Cela n’a pas empêché Fatih Akin de persévérer. Sous un autre angle, dans le regard d’un arménien, victime et spectateur de la tuerie, qui presque 100 ans après n’est toujours pas reconnue.

« The cut » avait déjà été retiré du Festival de Cannes sous l’impulsion du réalisateur lui-même au grand désespoir du jury. Il sera finalement présenté à la Mostra de Venise le 28 août. Avec « Head on » et  « De l’autre côté », Fatih Akin continue l’expérimentation des rapports humains. Avec l’espoir d’être un pont entre les cultures, surtout turques et allemandes à travers ses films, il prend le risque de fâcher un pays entier, peu enclin à, ne serait-ce que parler, de son histoire au début du XXème siècle. Mais selon le réalisateur dans un entretien dans l’hebdomadaire Der Spiegel : »Celui qui continue d’en avoir peur, je lui dis : c’est seulement un film. Mais je suis sûr que la société turque, dont je fais partie, est mûre pour ce film ».

Le réalisateur est déjà connu pour ses prises de position (égalité hommes/femmes en Turquie, racisme en Allemagne ou encore le statut des Kurdes en Turquie), il bouscule, cette fois, les frontières de l’indicible dans son pays d’origine, la Turquie.

Sortie du film en France, 14 janvier 2015

En Allemagne, 16 octobre 2014.

Buren on the roof
[Live report] Stacey Kent et Jamie Cullum à Jazz in Marciac
Marie Boëda

2 thoughts on “« The Cut » de Fatih Akin menacé de boycott en Turquie”

Commentaire(s)

  • vassilian

    j’attends la sortie du film prévue 14 janvier 2015
    Ils est des hommes admirables dont on peu saluer le courage

    août 18, 2014 at 18 h 21 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *