Cinema

Sortie dvd: Grandeur et Décadence du Colonel Blimp

Sortie dvd: Grandeur et Décadence du Colonel Blimp

06 novembre 2012 | PAR Edwige de Montalembert

Grandeur et décadence de la vie d’un officier Britannique dans la première moitié du XXe sièce. Un des plus beaux films du cinéma britannique restauré en haute définition dans une belle édition Carlotta Films. Colonel Blimp, sous le titre original “the Life and Death of Colonel Blimp” est présenté par Martin Scorsese qui voue une grande admiration pour les réalisateurs des Chaussons rouges (1949) et du Narcisse noir (1947). Bien que Churchill voulut interdire sa sortie en 1945, le film sera qualifié de “chef d’oeuvre perdu” par la critique lors de sa première restauration en 1980.

A Berlin en 1903, Clive Candy (Roger Livesey), jeune officier anglais plein de fougue se trouve confronté à un officier allemand Théo Kretschmar-Schuldorff (Anton Walbrook) lors d’un duel. Contre toute attente, les deux hommes se lient d’une forte amitié. Tous deux traversent la guerre jusqu’à l’avènement du nazisme et des nouvelles méthodes de combat, liant leurs destinées alors que leurs pays sont ennemis. Le Général Candy va faire face à un monde qui change et où il perd sa place mais sa volonté et son optimisme lui donnent une stature humaine imcomparable.

L’imprévisibilité, principe fondamental d’un bon scénario, donne lieu ici à un film  étonnant, écrit et réalisé par Emeric Pressburger et Michael Powell. Rythmé en trois  grandes parties, le film couvre la vie de son héros le soldat Clive et de son acolyte Théo  avec humour et humanisme. Honni par Churchill qui craignait que l’on porte l’armée  anglaise au ridicule, le film n’en est rien. La production est audacieuse pour l’époque et  témoigne des qualités cinématographiques originales des deux cinéastes loin de tout  cliché de représentation. Magnifiquement restauré, le spectateur peut revoir des scènes  d’anthologie; la mise en scène du duel où le protocole envahissant de l’armée devient  l’objet de la caméra plutôt que le duel lui-même reste une référence pour Scorsese  lorsqu’il monte Raging Bull. Le personnage du soldat allemand “gentil” – Théo est anti nazi et cherche refuge en Angleterre au moment de la montée d’Hitler – montre encore l’audace des deux cinéastes et leur intelligence dans la création de personnages loin des stéréotypes.

Roger Livesey livre une prestation exceptionnelle en interprétant le héros jeune et âgé; impressionné par la performance de l’acteur, Robert de Niro lui demandera lui-même des conseils. Mais également Anton Walbrook qui livre un monologue poignant pour convaincre l’Angleterre de le laisser résider dans le pays.

Le DVD est accompagné de deux documentaires autour du film dont le remarquable entretien avec Thelma Schoonmaker Powell, monteuse de Sorsese, qui livre des anecdotes inédites sur le travail du Powell/Pressburger et sur sa collaboration avec Scorsese.

Beautiful Valley, un film touchant sur la fin d’un monde
Daphné dans la peau de Barbara : « Elle regardait la vie au fond des yeux »
Edwige de Montalembert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *