Cinema
Shadow dancer, Clive Owen dans une romance politique plutôt réussie

Shadow dancer, Clive Owen dans une romance politique plutôt réussie

13 février 2012 | PAR Olivia Leboyer

Un joli film, efficace et mélancolique, sur une famille irlandaise aux engagements politiques forts. Casting glamour avec le beau Clive Owen et une actrice troublante, qui devrait vite devenir connue !

Petite fille, Collette a indirectement causé la mort de son petit frère : en l’envoyant faire une commission à sa place, elle l’a précipité vers un attentat. Sous le poids de ce souvenir très lourd, devenue adulte, Collette (Andrea Riseborough, beaux yeux clairs et visage mobile, très expressif), membre de l’IRA, est engagée corps et âme dans la lutte terroriste. Mère d’un petit garçon, elle vit en effet toujours très près de sa famille : sa mère et ses deux grands frères. Clan soudé, à l’épreuve du temps et de la laideur des attentats, Collette et les siens semblent fondus dans le paysage irlandais. Un beau jour, cependant, Collette est arrêtée par les services britanniques et se voit proposer un deal : espionner sa famille, sous peine de passer les 25 prochaines années en prison. Pour ne pas laisser son fils grandir seul, elle est contrainte d’accepter le marché. Marché proposé, qui plus est, par le très beau Clive Owen, de sa voix ténébreuse et rassurante. Il le promet : il veillera à ce qu’il ne lui arrive rien. Violant, pour une fois, la règle des agents, il lui donne même son vrai prénom, Mac… Une histoire d’amour serait-elle possible, au milieu de ce contexte politique à vif ?
Clive Owen et Andrea Riseborough nous entraînent sans mal dans leur histoire ! Les seconds rôles, excellents également, donnent à ce film romantico-politique, avec juste ce qu’il faut de clichés, un vrai petit charme irlandais brumeux !

Shadow dancer, de James Marsh, avec Clive Owen, Gillian Anderson, Aidan Gillen, Domhnall Gleeson. Hors compétition.

L’enfant d’en haut, coup de cœur pour le film d’Ursula Meier
Corps, couple, amour, sexualité via le prisme de l’art contemporain
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 thoughts on “Shadow dancer, Clive Owen dans une romance politique plutôt réussie”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *