Cinema
Mission Impossible : Protocole Fantôme

Mission Impossible : Protocole Fantôme

13 décembre 2011 | PAR Olivier Handelsman

L’héritage de la légendaire série télévisée  se transmet sans aucun complexe à notre époque au travers des films, dans lesquels Tom Cruise joue Ethan Hunt, le successeur de Jim Phelps à l’Impossible Mission Force. Mission Impossible quatrième du nom est tout aussi généreux en action et en effets spéciaux que ses prédécesseurs, mais se veut résolument plus apocalyptique. Le film collectionne les caractéristiques du blockbuster d’espionnage, entre explosions et humour au premier degré, et agite le spectre de la terreur nucléaire sans trop se préoccuper d’assurer une réelle conviction des acteurs.

Bons baisers de Moscou : ses prisons, ses espions, ses secrets et ses fusillades. Est-ce par hasard qu’Ethan Hunt, alias Tom Cruise, s’est retrouvé incarcéré dans un centre de détention de haute sécurité en Russie en réponse à un sextuple meurtre en Serbie ? Pourquoi faut-il se préoccuper  de la lune de miel de Hunt pour découvrir le secret d’une conspiration nucléaire ? Qui est le mystérieux terroriste suédois bien intentionné campé par Michael Nyqvist (de la trilogie Millenium) ? Comment quatre agents recherchés pour attentat terroriste contre le Kremlin seuls au monde et sans aucun moyen de communication avec leur service de renseignements peuvent-ils se trouver sur le lieu d’un échange top secret entre une tueuse et un terroriste, et comment se fait-il qu’à visage découvert ils arrivent à les berner ?

Vous ne trouverez PAS la réponse à ces questions, ni aux nombreuses autres que suscitera le scénario dans votre esprit cartésien. Mission Impossible, c’est la conjonction d’un équipement technologique de pointe, de combattants increvables et imperméables aux coups de poutre en acier dans la figure mais incapables de cacher leurs lentilles de contact. Surjouer et cogner sont le propre des virtuoses de l’IMF, mais le technicien Benji Dunn (un très bon Simon Pegg, très en-dessous de ses prestations habituelles par ailleurs), promenant son humour et sa maladresse entre Moscou, Dubaï et Bombay, apporte au film le baume nécessaire pour assurer le succès du film auprès de ceux qui n’auraient pas profité de l’explosion du Kremlin ou du saut en voiture de Hunt pour s’esclaffer.

Il demeure que l’ambiance du film reste assez peu crédible, ce qui ne présage rien de bon pour le 5ème opus que préparent Tom Cruise et Brad Bird (l’excellent réalisateur de nombreux Disney/Pixar comme Les Indestructibles ou Ratatouille, et le Géant de Fer chez Warner Bros). Cependant la recette du succès est appliquée sans une seule touche de fantaisie ; le budget devrait donc être au rendez-vous. Espérons qu’il s’agira d’un gage de finesse et de qualité du scénario.

(Retrouvez ci-dessous le thème original de la série, composé par Lalo Schifrin)

Il est comment le nouveau Pony Pony Run Run ? Efficace !
Romy Schneider, voyage entre le siècle et l’intime
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

4 thoughts on “Mission Impossible : Protocole Fantôme”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *