Cinema

Les murmures du vent

05 avril 2010 | PAR Coline Crance

Les murmures du vent est un film de Shahram Alidi , cinéaste iranien d’origine kurde. Il pose un regard politique et onirique sur les malheurs de son peuple. Le film est sorti en salle le 31 mars 2010.

Avec : Omar Chawshin, Maryam Boubani, Fakher Mohammad Barzani durée : 1h17

 Tableau d’un Kurdistan meurtri à travers le périple de ce postier hors du commun, porteur de messages enregistrés sur de veilles cassettes, Shahram Alidi livre un film où le symbolique caresse à travers ces murmures du vent le politique, pour mieux le révéler et le dénoncer. Ballade onirique, hymne d’amour à ce Kurdistan , le film s’envole littéralement quand la caméra du cinéaste se porte sur ces magnifiques, immenses paysages mais aussi terriblement vides… La poésie s’allie au sublime pour crier toute la souffrance du peuple kurde. Tout est dit en demi teinte dans ce film. Sans violence aucune, Shahram Alidi filme la mort , les massacres : reste d’une noces massacrée il y a peu, la terre est encore chaude et foulée par le piétinement des meurtriers et les cris des persécutés, mains qui dépassent de sous le sable, vestige d’un dernier match de foot, bâches jetées sur les côtés … Shahram Alidi ancre son geste cinématographique du côté de la mémoire, contre l’oubli de ce peuple kurde ; geste qui n’est certes pas dénué d’une réelle force et d’un esthétisme soigné et poignant.

Cependant, le film ne parvient pas à trouver vraiment son rythme et parfois il perd son message sur la route … Le point de vue contemplatif, adopté par le cinéaste, a tendance à laisser le spectateur sur le bas-côté nuisant à la portée politique et symbolique du film. Et malgré toute sa générosité, le film se raidit pour livrer une œuvre bien souvent trop solennelle, hiératique, n’offrant malgré lui, peu de place au spectateur dans la camionnette de ce vieux postier pour suivre ses tristes pérégrinations …

« Uncle Jack » : un court métrage délhilarant
Chroniques, playlist, clip : rétrospective du mois de mars
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *