Cinema

Les femmes du bus 678, un film sur le harcèlement sexuel en Egypte

Les femmes du bus 678, un film sur le harcèlement sexuel en Egypte

12 mai 2012 | PAR Olivia Leboyer

Avec Les femmes du bus 678, Mohamed Diab aborde un sujet tabou : le harcèlement permanent, quasiment normalisé, subi par les femmes en Egypte. Un film porté par trois actrices remarquables. Prix du Public au Festival du cinéma Méditerranéen de Montpellier. Sortie le 30 mai.

La caméra de Mohamed Diab suit trois jeunes femmes égyptiennes, de milieux différents : leur quotidien est rythmé par les agressions, les insultes, les attouchements. Prendre le bus pour se rendre à son travail représente, en particulier, un réel danger. Dans cet espace confiné, les hommes entassés comme des sardines en profitent pour se frotter aux femmes, ou pour les brutaliser. Chaque matin, Fayza, fonctionnaire, (Boushra, très belle actrice, qui est également chanteuse) débute sa dure journée par l’épreuve dégoûtante du bus. A bout de nerfs, elle est sur le point de craquer… De son côté, Seba (Nelly Karim, solaire), une riche bourgeoise, a décidé d’organiser un groupe de paroles de femmes, après avoir été sauvagement agressée par plusieurs hommes. Plus jeune, plus moderne, la pétillante Nelly (Nahed El Seba) se trouve, elle aussi, confrontée à une grande violence. Prédateurs sûrs de leur droit, les hommes, de quelque milieu qu’ils viennent, semblent constamment prêts à céder à leurs pulsions (à part le commissaire de police, seul personnage masculin épargné et, dans une certaine mesure, le petit ami de Nelly).
Le hasard va réunir ces trois femmes, qui n’ont a priori pas grand chose en commun. Mohamed Diab a voulu éviter le didactisme. S’inspirant d’Inarritu pour la forme (les histoires croisées), il livre un film humaniste et romanesque, sur la lutte courageuse que ces trois héroïnes du quotidien décident de mener. Les défauts sont nombreux (lourdeurs, dialogues appuyés, répétitions, scènes trop convenues, etc.), mais Les femmes du bus 678 emporte la sympathie grâce à son formidable trio d’actrices, pleines d’énergie. Grand succès en Egypte, le film a le mérite de témoigner d’une réalité sociale assez méconnue.

Les femmes du bus 678, de Mohamed Diab, Egypte, 100 minutes, avec Nahed El Sebai, Boushra, Nelly Karim, Omar El Saeed, Basem El Samra, Ahmed El Feshawy, Maged El Kedwany. Sortie le 30 mai 2012.

La voix est Libre, 10 ans de Jazz nomades aux Bouffes du Nord
Jazz sous les Pommiers, Jour 1
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *