Cinema
Le Skylab, un portrait de famille détonant par Julie Delpy

Le Skylab, un portrait de famille détonant par Julie Delpy

12 août 2011 | PAR Olivia Leboyer

Après avoir exploré les affres de la peur de vieillir dans La Comtesse (2010), Julie Deply opère un retour en arrière, dans les contrées de son enfance. Un film choral extrêmement sympathique ! Sortie le 5 octobre 2011.

En juillet 1979, la petite Albertine (Lou Alvarez, craquante de naturel) prend le train pour Saint-Malo avec ses parents, des artistes de rue un peu anar et relax, qui lui parlent déjà comme à une adulte (Eric Elmosnino et Julie Delpy). Chez la grand-mère (Bernadette Lafont, toujours épatante), la famille se retrouve au grand complet : entre les oncles ex-para aux opinions plus que douteuses (Jean-Louis Coulloc’h qu’on avait tant aimé dans L’Amant de Lady Chatterley et Denis Ménochet) et leurs femmes brimées (Valérie Bonneton et Aure Atika, parfaites dans des rôles difficiles), le jeune et fringant oncle Christian et sa femme constamment enceinte (Marc Ruchmann et la charmante Sophie Quinton de Qui a tué Bambi), les cousins un peu coincés, la tante Monique toujours de bonne humeur et son mari espagnol (Noémie Lvovsky et Candide Sanchez, top !), le grand-oncle Hubert dans la Lune (Albert Delpy, extra), Albertine retrouve vite ses marques. Seulement, cette année, une ombre plane : le satellite américain Skylab pourrait bien heurter la Terre (Julie Delpy et Lars von Trier semblent avoir eu la même idée en même temps ! Traitée sur un ton différent, bien sûr !) Troublée par ce « grand événement » et par sa puberté naissante, la petite Albertine observe les remous qui agitent sa famille peu ordinaire.
Discours politiques violents qui virent au dialogue de sourds, jeux d’enfants, premiers émois, diverses péripéties jalonnent ces vacances bretonnes. Moins original que les deux Before sunset / Before sunrise, ou que le formidable Two days in Paris (que complètera bientôt le Two days in New York, actuellement en montage), Le Skylab dégage un charme fou, qui séduira sans problème les spectateurs.
Le casting est l’arme de choc, bien sûr. Mais l’écriture, d’une belle liberté de ton, fait du Skylab bien plus qu’un énième film choral. Cocktail explosif, le film rappelle par instants les films les plus réussis de Pascal Thomas (Pleure pas la bouche pleine ou Les maris, les femmes, les amants), avec un soupçon de Festen, un zeste de Bronzés… On rit, on sourit, devant cette madeleine de Proust qui se révèle tout sauf fade.
Si le film est aussi réussi, cela tient à la finesse d’écriture et à l’énergie des acteurs : en premier lieu, Eric Elmosnino, prodigieux de décontraction et d’un charme tout personnel !

Le Skylab, de Julie Delpy, France, 1h53, avec Julie Delpy, Eric Elmosnino, Lou Alvarez, Aure Atika, Noemie Lvovsky, Bernadette Lafont, Emmanuelle Riva, Vincent Lacoste, Marc Ruchmann, Sophie Quinton, Valérie Bonneton, Denis Ménicher Jean-Louis Coulloc’h, Michèle Godet, Luc Bernard, Albert delpy, Candide Sanchez, etc… Sortie le 5 octobre 2011.

Infos pratiques

Sziget 2011 : quelques photos pour faire bonne mesure
Piers Faccini et Franecsca Beard sont les invités de la première édition de Standing Room, le 7 septembre au Trianon
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 thoughts on “Le Skylab, un portrait de famille détonant par Julie Delpy”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *